L’île de Tenararo est la plus petite des Actéon avec une surface totale (lagon plus récif) de 3,6 km² environ. Le lagon fait 2 km² de surface. 
Le platier émergé extérieur est moins vaste que dans les autres îles du groupe. Il est bordé de feo sur la crête récifale et sur le plan d’eau intermédiaire. Le platier émergé (conglomérat récifal) est beaucoup moins développé (une cinquantaine de mètres en moyenne) et la levée détritique est haute de 3 à 4 mètres selon les endroits.
Le lagon communique avec la mer par deux hoa fonctionnels situés à l’ouest et au sud ouest ils sont étroits et creusés dans le platier émergé qui domine la surface de l’eau d’un bon mètre. Ces hoa sont garnis de feo par endroits
Le motu principal est large d’environ 400 mètres dans sa plus grande dimension. On note deux grand hoa non fonctionnels encombrés de blocaille et de sables.Celui qui est situé au nord est en cours de colonisation par les espèces végétales, celui qui est ouvert à l’est est plus sablonneux et se termine côté lagon par une grande plage de sable. 
Le récif émergé affleure sous forme de conglomérat récifal sur presque tout le pourtour du lagon intérieur au nord, il domine le niveau de l’eau d’environ 60 centimètres en moyenne.
Les fonds sont peu importants, quelques dizaines de centimètres sur le rivage et sans doute quelques dizaines de mètres au centre. Le substratum est rocheux (dalle coralienne) recouvert d’une mince couche de sable fin au Nord, l’épaisseur de sable semble plus importante au Sud et à l’ouest, à proximité des hoa. On trouve dans ces secteurs des plages de sable importantes (la plus vaste étant celle située sur la bordure intérieure du motu principal, juste avant le premier hoa. On ne retrouve pas les mêmes figures de courants de vidange que sur Vahanga, la largeur du motu et la faible ouverture des hoa comparée à l’île précédente en est peut être la raison.

l’île de Tenararo semble pour l’instant exempte de prédateurs du type rats ou chats. C’est ce qui fait que cette île est un refuge irremplaçable pour des espèces en danger critique d’extinction comme les Titi (Prosobonia cancellata) et les Tutururu (Gallicolumba erythroptera) pratiquement disparus dans les autres îles des Tuamotu et de la Société.

Parmi les oiseaux terrestres : Gallicolombes  pigeons verts des Tuamotu, Titi , Aigrettes des récifs
Parmi les limicoles hivernants : Courlis d’Alaska et de nombreux Chevaliers errants 

Commentaires

2015-05-02T22:55:29+00:00 Categories: Actéons, Espaces naturels, Gambier, Ile|
0 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer
+1