En ce temps là, on savait planter des choux, non plutot des tubercules, dans des atolls au sol pauvre et peu arrosé. On a malheureusement oublié et il faut maintenant importer les légumes dans les îles ! Le principe de la culture en fosses, consiste à creuser le sol corallien de quelques mètres pour atteindre le niveau de la nappe d’eau souterraine. Dans cette large fosse, de 5 m environ et de 10 m de longueur environ, était ensuite reconstituée une couche de terre végétale en mélangeant de terre sableuse déjà enrichie naturellement en matière organique et de fragments de plantes ou de feuilles appropriées pour réaliser un bon humus. Dans cette couche fertilisée et régulièrement amendée, étaient surtout cultivés des tubercules comme le taro (Colosia esculenta), le ape (Alocasia macrorrhiza), le matoa (Cyrtosperma chamissonis), mais également d’autres plantes alimentaires comme le pia (Taca leontopetaloïdes) et probablement des bananiers et des ti (Cordyline terminalis). Les formes et répartitions des fosses montrent également que deux systèmes de gestion de l’espace se superposaient, l’un à caractère familial, l’autre communautaire

Commentaires

Source :

OTTINO Paul - Notes sur l'ethno-histoire de Rangiroa s'appuyant sur des livres d'ancêtres, les puta tupana.et les renseignements oraux des habitants de Rangiroa recueillis de 1963 à 1965 (non publiées)


2013-08-23T22:43:26+00:00Categories: Aménagement horticole, Rangiroa, Sites archéologiques, Tuamotu|