Cette grotte est immanquablement remarquée par ceux qui se rendent en embarcation de Teahupo’o à Tautira en suivant le lagon qui borde cette côte rocheuse du sud est de l’île.

Jules Garnier a relaté sa visite à ce site dans les termes suivants  :

 » … Pendant que notre baleinière longeait cette côte tourmentée, nous aperçumes une cavité immense qui entaillait profondément la partie inférieure d’une haute falaise basaltique ; une serie de mamelons coralligènes à fleur d’eau en abritait l’entrée. Sur le sol de cette caverne, à peine élevée de quelques pieds au dessus des eaux. Nous pénétrâmes dans le petit port qui s’ouvrait devant la grotte et nous mîmes pied à terre. Cette visite inattendue causa plus d’étonnement que de crainte à ces hommes qui vivaient ainsi exilés du reste du monde dans une hutte naturelle de rocher, d’où l’on ne pouvait sortir que par mer. Une pirogue était mouillée dans le petit havre au moyen d’une grosse pierre et d’une liane; deux autres avaient été halées dans la grotte elle même, qui était profonde et spacieuse. Ces gens ne vivaient que de poissons et de coquillages ; leurs nombreux filets et leurs flèches acérées couvraient les parois de ce véritable repaire de fauve. Il me semblait être reporté en arrière de plusieurs milliers d’années ; j’avais devant moi l’homme primitif dont nous trouvons chaque jour enterré dans le sol quelques débris d’os ou de grossiers instruments … « 

Commentaires

Source :

Garnier Jules , 1875 p. 355 356

2016-10-20T08:09:15+00:00Categories: Grotte, Iles du vent, Monuments naturels, Tahiti, Taiarapu-ouest|