Le genre Homalium comprend des espèces encore relativement méconnues en Polynésie française. Une espèce est endémique des Marquises Sud (Homalium moto) et est dénommée Moto tandis qu’une seconde est décrite de Makatea (Homalium mouo) et appelée Mouo. Une troisième espèce non décrite est trouvée sous la forme de très rares pieds à Raiatea et Tahaa. L’espèce présente à Rurutu est également trouvée à Raivavae, à Rimatara et à Tubuai aux Australes et pourrait être endémique de ce dernier archipel. Aucun nom local ne nous est parvenu.

Les Homalium ont la caractéristique de ne produire des fleurs qu’après un stress important comme après le passage d’un cyclone ou un glissement de terrain. Les Homalium des Australes n’ont été vus en fleurs qu’à l’occasion de stress causés par l’homme. Ainsi, à Rimatara, les individus blessés très fortement lors de la construction de l’aéroport étaient en pleine floraison quelques semaines après tandis qu’à Rurutu, c’est l’écorçage (photo) des troncs par les chèvres qui a déclenché la floraison.

Les Homalium apparaissent donc relativement fréquemment agressés et mériteraient des mesures de conservation urgentes.

Commentaires

2013-08-22T13:44:36+00:00 Categories: Australes, Flore de Tahiti, Rareté botanique, Rurutu|
0 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer
+1