Le Grand-père Guillots a débarqué vers les années 1920 à Fetuna. Après avoir acquit le motu Haio, il se fait construire une demeure coloniale. L’étage inférieur servait à sécher le coprah.
Il avait installé une éolienne avec une simple hélice à deux pales qui faisait fonctionner un alternateur qui fournissait la maison en lumière électrique. Évidemment après un gros coup de vent, il fallait refaire les pales ; mais le grand-père avait prévu une réserve de bois rouge pour y faire face.

Commentaires

Source : Témoignages de Claude et Jacques Guillots
2013-08-23T23:57:13+00:00 Categories: Iles sous le vent, Monuments naturels, Motu, Raiatea, Tumaraa|
0 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer
+1