Un endroit surnaturel et plein de fantômes. Ne nous attardons pas ici !

L’ethnologue Peter Buck, raconte sa visite avec l’archéologue Emory de la grotte Ana’o Tetea guidés par Steve, un colon blanc habitant le pays :

« La grotte était une simple niche creusée à la base d’une falaise majestueuse à laquelle, dans mon esprit, j’attribuai une personnification. En bas, le terrain était couvert de rochers écroulés ».

Steve dit : “ Lorsque je suis venu ici avec Eskridge, les rochers ne cessaient pas de tomber du haut de la falaise ». Je regardai en l’air. Il faisait un très beau temps et pas un souffle d’air ne venait effleurer la falaise. Elle me contemplait de sa hauteur avec bienveillance comme si elle avait reconnu en moi un ami.

Je lui répondis :  » Les esprits des morts savaient que vous étiez des étrangers. Aujourd’hui, c’est différent. Ils comprennent que je suis de leur race et que les renseignements obtenus ici seront utilisés à leur honneur. Écoutez-moi bien : pendant tout le temps que nous serons ici, pas une seule pierre ne se détachera de la falaise.  »

Nous découvrîmes une abondance de tapa d’écorces blanc, ainsi qu’un crâne et quelques ossements. Je suis un bien piètre homme de musée, car je ne puis me décider à transporter des crânes polynésiens loin de leur terre natale. J’ai l’impression – une superstition, si vous voulez – que si je le faisais, cela détruirait les liens de sympathie qui existent entre le passé et moi.

Après notre départ, alors que nous avions quitté la falaise, je demandai à Steve :  » Alors, que vous avais-je dit ? Est-ce qu’une seule pierre est tombée ?  »
Steve me considéra avec une nuance de respect et me répondit :  » Vous aviez raison.  »
J’adressai à la falaise un geste d’adieu reconnaissant et crus la voir sourire. Elle avait compris. »

Commentaires

Source :

BUCK Peter (Te Rangi Hiroa) Les migrations des Polynésiens. Payot 1952


2016-10-20T08:08:49+00:00 Categories: Agakauitai, Gambier, Sites insolites, Taravai|
0 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer
+1