Vestiges du passé.
Végétation et avifaune en partie endémiques.
Commentaire: Lors de son passage à Ua Huka, en 1991, A. Varney, de la Délégation à l’Environnement,puis Meyer en 1996, firent des rapports d’observation sur ce site de Vaikivi. L’auteur met l’accent sur la qualité de la zone, sur l’intérêt et la diversification de sa végétation, ainsi que sur l’aspect culturel et légendaire de l’endroit.
Le Département Archéologie (du Centre Polynésien des Sciences Humaines) y releva de nombreux pétroglyphes dans les années 1980.
En 1998 et en 2000, les vestiges d’habitat ont été étudiés sur le plateau par Arnaud Noury (sous la direction d’Eric Conte). 80 structures archéologiques ont été trouvées, dont 2 tohua, des me’ae et des paepae d’habitation. Il y avait donc au moins une tribu vivant dans ces montagnes. Des datations au carbone 14 indiquent que certains monuments ont été construits entre la fin du 15e siècle ou 17e siècle de notre ère. Des traditions indiquent que les lieux étaient peut-être habités par la tribu des NAIKI, originaires de Hiva Oa.
D’autres vestiges sont encore à découvrir.

Commentaires

Source : Mémorial polynésien tome 4 p 330
Meyer, J.-Y.1996, Evaluation éconologique du domaine de Vaikivi (Ua Huka, Marquises), Contribution à la biodiversité de Polynésie française 1 (5).

Rapports archéologiques sur Vaikivi (disponibles au Service de la culture et du patrimoine) :
Millerstrom (thèse sur les pétroglyphes)
Noury 2001,
Maric, Noury 2002
2013-08-23T19:34:19+00:00Categories: Espaces naturels, Marquises, Plateau, Sites archéologiques, Ua Huka|