C’est en 1951 que fut Installé un petit séminaire à Miti Rapa. La troisième ou quatrième tentative pour former un clergé local. Une réalisation du tenace Mgr Mazé. Un préjugé défavorable était répandu parmi les catholiques : un Tahitien ne peut devenir prêtre, c’est une charge réservée aux Blancs. Aujourd’hui, ce préjugé a bien diminué. Les familles comprennent mieux leur devoir devant une vocation possible de leurs enfants. Plusieurs Tahitiens sont parvenus au sacerdoce. Les jeunes gens formés à Miti Rapa vont poursuivre leurs études et leur formation au grand séminaire de Paîta?Noumea, en Nouvelle?Calédonie, qui groupe les séminaristes d’expression française du Pacifique Sud.

Commentaires