Achevé au début des années 1980, le port de Tapuamu est la première réalisation d’infrastructure importante mise en œuvre dans l’île de Tahaa. Le port permet l’accostage des goélettes venant de Tahiti. A l’arrière du quai, une petite marina peut contenir une quarantaine d’embarcations de type bonitier. Le quai sert également aux navettes reliant quotidiennement Tahaa et Raiatea :

Tahaa ne possède pas d’aéroport, son économie est fortement tributaire du port de Tapuamu. C’est, en somme, « le poumon de l’île ». Ses produits agricoles sont exportés en masse vers Tahiti et l’île de Bora Bora mais, aussi, vers le marché de Uturoa à Raiatea). Par ailleurs, les marchandises de toutes sortes en provenance de Tahiti débarquent sur son quai. On peut s’accorder à dire que Tahaa vit au rythme des goélettes.

Chaque année, un mois avant la Toussaint (1er novembre), les abords du quai de Tapuamu se remplissent de monticules de sable blanc. Ce sable est mis en sac et expédié à Papeete pour recouvrir et embellir les tombes. Plus de 25 000 sacs sont expédiés chaque année. Ce sable est récolté sur les différents motu de l’île de Tahaa.  Il s’agit, certes, d’une source de revenus ponctuels non négligeables pour les habitants mais à ce rythme,  les motu vont vite se dégrader.

Commentaires

Source :

Service du tourisme

2018-02-17T07:29:14+00:00Categories: Iles sous le vent, Sites historiques, Tahaa, Village|