Le Royal Tahitien, construit sur les terres de la famille royale Pomare, évoque pour les tahitiens un restaurant et surtout un lieu de bringue, le fameux « RT ».

L’hôtel, l’un des plus vieux de Tahiti, est resté dans un style assez kitsch des années 1950 avec ses chambres qui s’ouvrent sur un magnifique jardin tropical, ombragé de cocotiers, de frangipaniers et d’hibiscus. C’est dans cette atmosphère de belle époque que se déroulaient régulièrement des séances de photos de mode avec de superbes vahine.

Au restaurant, situé sous un grand fare avec un toit de pandanus en surplomb de la plage, on déguste en toute simplicité, le feuilleté de poulet fafa (épinards locaux) ou le mahi-mahi en croûte de coco en admirant la vue panoramique sur la baie de Pirae et l’île de Moorea au loin. Au calme, sauf le vendredi soir.

Le vendredi, c’est open-bringue.

Le vendredi, c’est open-bringue. On se retrouve au RT entre copines et entre copains pour le grand défoulement de la fin de la semaine. Dès le matin, les employées de l’administration et des entreprises sont sur leur 31 : elles ont sorti leurs plus belles robes, les jolies chaussures à talons, mais aussi les couronnes de fleurs. De leur coté, les hommes eux, évoquent avec des clins d’oeil complices ce mahana pae (cinquième jour) qui deviendra pour beaucoup mahana pia (jour de bière)…

Éric passionné de danses locales préfère, de loin, le Royal Tahitien : « D’abord parce que c’est aéré » explique-t-il, “mais aussi parce que c’est bien fréquenté. Et puis le tempo des danses est plus cool. Pour lui, la danse à deux est le meilleur moyen de draguer. « Il y a deux façons de faire » raconte-t-il. « Soit on boit un verre avec la fille et on discute, soit on danse» Moi je préfère la danse, car parfois, c’est bien mieux qu’un long discours.” Et il insiste volontiers sur le côté sensuel de cette rencontre, « la main dans la main, et même la main dans le creux des reins ». Avec des sourires et un peu de chance, il arrive à séduire. Mais tout part de la danse, car c’est essentiel pour faire le premier pas.

Tataina, est plus prudente. « On en entend des beaux discours, toute la soirée. Les mecs te disent que leur copine est sortie de son côté, ou alors qu’elle est très cool. Parfois en réalité, elle est dans la salle et ça ne les gêne pas de mentir. Jusqu’à ce qu’elle arrive au bar… Et puis au fur et à mesure que la nuit avance, les dragueurs sont de plus en plus bourrés, et ils arrivent moins à tenir leur langue. Au petit matin, ils ont fini par tout te lâcher : ils ont une femme, deux enfants, pas de situation, etc »

Commentaires

Source :

Voir les autres lieux de distractions noctures de Tahiti dans la rubrique « Autres fiches du même thême » dans la colonne de droite.

 


2016-04-22T14:33:34+00:00Categories: Bâtiment historique, Tahiti|