Les sites archéologiques regroupent des structures anciennes, telles que des marae, des terrasses d’habitat, des fosses à culture ou à stockage. Ces sites reflètent l’organisation sociale et économique de l’ancienne société polynésienne. Visitez-les !

Rubrique animée par l’association te ‘ihipapa no ta’ato’a 

Marae – Me’ae

Monuments sacrés par excellence, lieux de culte de l’ancienne religion, les marae constituaient également un pivot de l’organisation socio-politique polynésienne. On distingue plusieurs types de marae, les royaux, les familiaux, de spécialistes… 

Tiki, Ti’i

Un Tiki, ou Ti’i est une sculpture de forme humanoïde en pierre ou en bois qui était dressée sur un marae. Il incarnait des esprits bénéfiques ou négatifs et servait à des pratiques de sorcellerie, dans un but de protection ou d’attaque ou en cas de guerre.

Pierres remarquables

Aux temps anciens, les pierres remarquables jouaient un rôle important. Elles pouvaient rappeler un fait historique, représenter des limites de territoires, ou être utiles comme pierre-tambour, pierres à cupules ou simplement comme aiguisoir .

Fosses de stockage

Les fosses collectives de stockage servaient notamment à la conservation de la pâte fermentée du fruit de l’arbre à pain (Uru). Ces véritables « gardes-manger » assuraient ainsi un approvisionnement constant, notamment lors des longues période de disette.

Pétroglyphes

Les pétroglyphes, ces représentations gravées dans la roche, sont particulièrement riches aux îles Marquises, aux îles de la Société et aux Australes. Leur fonction était probablement religieuse, mais leur signification exacte reste encore un mystère.

Plateformes d’archers

Le tir à l’arc était un sport traditionnel sacré qui se pratiquait jadis sur des plateformes d’archers à côté de marae. Aux Iles de la Société, ces plateformes avaient une forme bien particulière, avec une arche à l’avant, devant laquelle le tireur se plaçait.

Parcs à poissons

Ces parcs à poissons, des pièges installés dans le lagon et près des passes, servaient à attraper les poissons et à les maintenir en captivité jusqu’à leur consommation. Construits en pierres aux Iles de la Société ou en corail aux Tuamotu, certains sont encore utilisés de nos jours.

Aménagements horticoles

Que ce soit sous forme de terrasses horticoles aménagées, ou bien encore de fosses de culture (maite) creusées dans le sol corallien des atolls, les anciens polynésiens ont su user de procédés originaux d’aménagements horticoles pour assurer leur subsistance quotidienne.