Auparavant, les fleurs laissaient admirer leur beauté éternellement. Maintenant, elles se fanent et tombent, nous raconte cette ancienne légende marquisienne des femmes-fleurs recueillie à Ua Pou en 1920.

A l’origine, toutes les fleurs étaient de très belles vahine dont on admiraient la beauté.

Mais à cette époque, les hommes n’appréciaient pas les fleurs principalement en raison de leur odeur. Ils n’aimaient pas en porter sur l’oreille ou en couronne, comme ils le font maintenant dans nos îles. « ça fait honte !» disaient-ils. Seul un homme aimaient s’orner de fleurs colorées et parfumées. Il s’appelait Ko’iko’i et il était l’ami de toutes les femmes-fleurs.

Hao, habillé uniquement d’une fleur éphémère

Un jour, un homme s’appelant Hao, arriva et rencontra Ko’iko’i. On avait offert à Hao pour couvrir son intimité une fleur d’un arbre bien particulier dont les fleurs s’ouvraient et tombaient sur le sol dès que le soleil se levait. On avait donc prévenu Hao qu’il ne devait absolument pas s’endormir.

Malheureusement, il ne put résister bien longtemps à la fatigue et il tomba dans un profond sommeil. Quand le soleil se leva, il dormait toujours. Au fur et à mesure de la montée de l’astre dans le ciel, la fleur qui le couvrait s’ouvrit puis se fana et tomba sur le sol. Quand Hao s’éveilla quelque temps plus tard, il se retrouva tout nu. Il eu honte et courut se cacher dans les buissons, de peur d’être vu par les femmes-fleurs.

Ko’iko’i, l’ami des fleurs

Ko’iko’i était très fier de posséder toutes les fleurs comme compagnes et il disait même qu’elles ne fleurissaient que pour lui. Mais, un jour, il mourut et sa mort marqua le début d’une époque qui connut le flétrissement puis la chute des fleurs, qui voulaient ainsi montrer qu’elles portaient, a leur façon, le deuil de leur ami perdu.

Auparavant, les fleurs laissaient admirer leur beauté et leur fraicheur éternellement.

Commentaires

Source :

D’après la légende de Hitu de la vallée de Hakahetau, à Ua Pou, recueillie par E S. Craighill Handy en 1920.
Handy G. Marquesan legends. Bishop Museum Bull n°69 1930
Mythes et légendes des îles Marquises, présentés par Patrick Chastel. Ed Haere Po

2018-03-02T19:59:06+00:00Categories: Légendes des Marquises|