Paiheotuu était un audacieux petit héron qui, d’après la légende dévora un héron gigantesque qui vivait dans une grotte à Raiatea.

Le grand héron s’appelait Otuu nunamu et il avait enlevé la femme de Tuoropaa. Ce dernier qui était roi envoya des messagers tout autour de Raiatea et de Tahaa pour rassembler tous les hérons et les mener en guerre contre Otuu nunamu. Mais tous redoutaient d’attaquer le géant et ils s’en retournaient chacun à son île, son îlot ou son pâté de corail quand ils rencontrèrent le petit Paihe otuu.
‑  Où avez‑vous été, leur demanda-t-il ?

Ils lui expliquèrent l’affaire.
Et pourquoi retourner au lieu d’aller combattre Otuu nunamu ?
‑ Il est si grand, lui dirent-ils, qu’à la seule pensée de l’attaquer la peur tord nos entrailles
‑ C’est bien, dit Paihe otuu, maintenant c’est son ventre que je vais tordre, et il partit à tire d’aile vers la retraite du géant.

II arrive et se pose sur le bec de Otuu nunamu. Celui-ci essaie de le secouer, ouvre le bec et et le petit héron s’y engouffre, descend par sa gorge et commence tranquillement à lui dévorer les intestins.
Oh! Oh! s’écrie le gigantesque oiseau, quelle est cette douleur intérieure?  J’ai englouti la baleine, le dauphin, le marsouin, le poisson noir, le requin, le thon, j’ai avalé des bancs entiers de maquereaux mais je n’ai jamais éprouvé semblable peine.

Il fait un effort et expulse Paille otuu qui fut projeté jusqu’à Tahaa.

Remis de ce choc, le petit héron va se baigner dans la rivière, puis retourne au combat. De nouveau il se pose sur le bec du géant, et pénètre de la même manière dans son estomac. Expulsé plusieurs fois il revient sans cesse et finit par dévorer complètement les entrailles du gigantesque oiseau.

Il délivre alors la femme de Tuoropaa et la rendit à son époux.

Tous les hérons se réunirent et le proclamèrent roi. C’est un grand guerrier, dirent-ils, que ce petit héron car à lui seul, il a triomphé dans un combat que tous les hérons n’avaient pas même osé entreprendre.

Commentaires

Source : Notes du Rév. J.M. Orsmond. Société des Etudes Océaniennes, bull n° 46 - 1935 p 172
2018-04-20T19:07:42+00:00Categories: Iles sous le vent, Légendes îles sous le Vent, Raiatea|Tags: |