Les motu du nord-est du petit atoll de Tetiaroa, surnommés depuis longtemps les motu aux oiseaux abritent de nombreuses colonies oiseaux. C’est dans ce lieu que se déroule la légende de l’oiseau Manuhere en manque d’amour.

Le jeune homme et l’oiseau

Il y a fort longtemps, dans un village de Tetiaroa, une île non loin de Tahiti, vivait un jeune garçon du nom de Vaitahi. Ce jeune villageois de 10 ans aimait se promener le long des plages de l’île. Un jour, pendant l’une des ses belles ballades, il eut la surprise de tomber nez à nez avec un magnifique oiseau qu’il n’avait encore jamais vu, aux plumes fines et multicolores, plus scintillantes que les étoiles.

Vaitahi était ébloui par tant de beauté. L’oiseau se mit alors à danser devant le jeune garçon, ce qui le charma. Le bel animal se posa ensuite sur l’une des épaules de Vaitahi, et depuis ce moment là ils devinrent inséparables. Ils jouaient s’amusaient ensemble dans le lagon.

Au village, tout le monde fit la connaissance de l’oiseau et l’appréciait, d’où le nom de Manuhere qu’on lui attribua.

Le grand mal

Soudain, un jour, le bel animal fut frappé d’un grand mal qui l’empêcha de manger et de voler et qui le fit tomber dans un profond sommeil.

Paniqués et attristés, les villageois tentèrent de sauver Manuhere avec un remède à base d’herbes médicinales mais sans résultat. Les cocotiers et les oiseaux essayèrent de lui faire du vent, et les fleurs de lui faire respirer leurs parfums, mais son état était toujours le même.

Vaitahi demanda l’aide de la déesse de la mer Vaihiti qui recommanda de lui faire un massage avec une huile spéciale, mais Manuhere ne bougeait toujours pas. Un ornithologue présent sur l’île fut appelé à l’aide et tenta des massages cardiaques, mais rien n’y fit.

Des mélodies d’amour

Désespérés et découragés, les villageois s’assirent tous autour de l’oiseau sans vie. Vaitahi était en pleurs. Ils se mirent alors tous à chanter des mélodies d’amour et d’amitié qui montaient jusqu’aux cieux, et ce pendant toute la nuit.

Et au moment où le soleil apparut à l’horizon, Manuhere commença à bouger, à ouvrir les yeux, à remuer ses ailes et à se redresser tout doucement.
« Sauvé! Manuhere est sauvé! » cria- t-on.

Quel miracle ! Tout le monde était heureux et étreignit l’oiseau, Vaitahi était soulagé.

Fou brun. Photo Manu

Fou brun. Photo Manu

Plus tard, quand on demanda à l’oiseau ce qui l’avait ramené à la vie, il expliqua que c’était l’amour, l’amour qu’il avait ressenti tout autour de lui qui avait pénétré son cœur et qui l’avait réveillé.


Commentaires

Source :

Pour tout savoir sur les oiseaux de Polynésie, visitez le site de notre partenaire, la Société d’Ornithologie de Polynésie MANU

2018-01-03T15:59:05+00:00 Categories: Faune, Légendes des îles du Vent, Tetiaroa|Tags: |
728 Partages
Partagez727
Tweetez
Enregistrer
+11