Loading...

Le crabe de cocotier, ‘aveu ou kaveu, est recherché et considéré comme un met de choix en Polynésie française. Malheureusement, cette espèce est menacée car elle est facilement surexploitée en raison de son cycle de vie complexe et de son taux de croissance lent.

Ce crabe à des caractéristiques morphologiques particulières. Son odorat est très performant et il a développé diverses stratégies pour préserver l’eau qui est indispensable à sa respiration.

Un gros bernard-l’ermite qui n’habite plus dans une coquille

Le crabe de cocotier est un crustacé qui appartient à la famille des coenobitidae comme les bernard-l’ermite. Mais contrairement aux autres membres de cette famille, le crabe de cocotier adulte ne protège pas son abdomen dans une coquille.

Seuls les crabes de cocotier juvéniles récupèrent les coquilles de coquillages ou de noix de coco brisées pour protéger leurs abdomens mous. Une fois adulte, le crabe de cocotier ne transporte plus de protection artificielle, mais durcit naturellement son abdomen en y ajoutant des couches de chitine. Il recroqueville également sa queue sous son corps pour se protéger.

Son nom scientifique, Birgus latro, du latin latro qui signifie « brigand, voleur », vient de son habitude de voler des objets présentant des traces de nourriture et ceci même à l’intérieur des habitations. Le crabe de cocotier est d’ailleurs surnommé le « crabe voleur ». Il est appelé kaveu et aveu en Polynésie française.

Le plus grand crabe terreste du monde

C’est est un animal hors du commun avec les yeux rouges, la couleur de sa carapace peut varier du bleu violet au rouge orangé en passant par les différents tons de bruns. Adulte, il pèse jusqu’à 4 kg, mais certains spécimens peuvent peser plus de 15 kg. Il mesure 40 cm de long et a une envergure d’une patte à l’autre pouvant atteindre un mètre. Le mâle est généralement plus grand que la femelle.

Un beau cercle de vie

Les crabes de cocotier s’accouplent fréquemment et rapidement sur la terre ferme de mai à septembre. Le mâle et la femelle se battent, puis le mâle retourne la femelle sur le dos pour l’accouplement qui dure environ quinze minutes. Il transfère un paquet de sperme sur la face ventrale de la femelle. Peu après, la femelle pond entre 50 000 à 150 000 œufs qu’elle porte dans le bas de son abdomen pendant environ un mois.

A la fin de la période d’incubation, la femelle libère ses oeufs dans la mer sous l’action des vagues à marée haute, peu après la nouvelle lune. Une fois dans l’eau de mer, les oeufs vont éclore pour donner naissance à une larve appelée zoé qui flotte sur la mer. Moins d’une larve sur mille survit assez longtemps pour se fixer sur la terre ferme. Trois à quatre semaines plus tard, le jeune crabe est prêt à conquérir le milieu terrestre et cherche alors une coquille protectrice. Il grandit vite pendant sa première année, mue trois fois et doit donc changer quatre fois de coquille. Vers 1 an sa carapace se durcit, il quitte alors sa coquille de protection et s’installe dans la zone côtière au bord de l’océan. A l’âge de trois ans, il devient mature et quitte l’océan pour la forêt, où il s’aménage des terriers dans des trous existant naturellement ou se cache sous les racines des arbres ou sus les palmes de cocotier. Il ne sort que la nuit pour ne pas être la proie des prédateurs et éviter la chaleur de la journée. Adulte, il ne mue ensuite qu’une fois par an dans une chambre de mue creusée dans une zone meuble à 50 cm de profondeur. Il y trouve humidité, fraîcheur et protection contre les prédateurs.

Le crabe de cocotier des deux sexes atteint la maturité sexuelle à l’âge de 5 ans. Il peut vivre jusqu’à 40 à 60 ans, mais certains chanceux peuvent atteindre 100 ans.

Un système respiratoire, entre la branchie et le poumon

Le crabe de cocotier adulte ne peut pas nager et se noierait au bout de quelques heures malgré son système rudimentaire de branchies. Pour respirer, il utilise un organe spécifique, nommé poumon branchiostégal, qui est considéré comme un stade intermédiaire entre la branchie et le poumon. Les chambres de cet organe sont situées dans la partie supérieure du corps et contiennent un tissu similaire à celui des branchies. Mais, celui-ci est adapté pour capter l’oxygène de l’air plutôt que celui de l’eau, tout en ayant besoin d’eau pour fonctionner. Le crabe y pourvoit en humidifiant son poumon avec sa paire de pattes postérieures.

Un bon odorat dans l’eau comme dans l’air

Une autre particularité du crabe de cocotier est son odorat très performant, qui fonctionne différemment dans l’eau ou dans l’air. Vivant dans l’eau, la majorité des autres crabes ont sur leurs antennes des organes spéciaux qui déterminent la provenance et la concentration des odeurs dans l’eau. Par contre, chez le crabe de cocotier qui vit sur la terre ferme, ces organes sont très différentes de celles des autres crabes et ressemblent davantage aux organes olfactifs d’insectes. (photo 11)

Le crabe de cocotier bouge par saccades ses antennes comme le font les insectes pour améliorer la perception. Ainsi il peut distinguer des odeurs intéressantes à de grandes distances, en particulier celles provenant de ses sources de nourriture : la viande en décomposition, la banane, la noix de coco…

Un omnivore opportuniste et charognard

Le crabe de cocotier s’alimente généralement la nuit, par temps gris ou dans des endroits ombragés. C’est un omnivore opportuniste dont le régime alimentaire se compose de fruits, de la moelle des arbres tombés, de noix de coco, de fruits de fara (pandanus), d’œufs de tortues et de crustacés. C’est un charognard qui consomme des charognes de cadavres d’animaux en putréfaction. Il est friand de rats morts ou vivants qu’il arrive quelque fois à capturer à la volée. Les crabes de cocotier vont occasionnellement voler de la nourriture dans les habitations.

Un met de choix qui peut s’avérer toxique

Cerbera, Reva, Hotureva

Le crabe de cocotier est très apprécié et recherché pour la chair de ses pinces au goût de coco ou le gras de son abdomen. Le crabe de cocotier se prépare comme la langouste, bouilli à l’eau ou à la vapeur. Bien que consommé depuis de nombreuses années, ce n’est qu’en 2008 que les premiers cas d’intoxications mortelles ont été rapportés. Ces personnes avaient consommé outre la chair du crabe, les parties du tube digestif de crabes. Or, ces crabes s’étaient nourris de végétaux toxiques, en l’occurrence d’amandes de Hotureva ( Cerbera manghas) qui referme une toxine, la cerbère, entraînant l’arrêt du cœur.

Commentaires

Source :

VERDUCCI Magalie. DIREN. Réserve de Biophère de Fakarava. 2013. Crabe de cocotier (Birgus latro)

2018-04-03T16:33:56+00:00Categories: Faune|