En voila du recyclage. Au cours de l’année 1868, le trois-mâts Francisco Alvarez, un navire de 45 mètres et de 1 000 tonneaux, appartenant à la maison Francisque Alvarez de Valparaiso, assurait le transport d’ une cargaison de bois d’Oregon à destination de Santiago du Chili.

Depuis le 10 septembre, à la suite d’un fort coup de vent, le navire faisait de l’eau d’une manière alarmante. Le 12 septembre, le capitaine et l’équipage avaient décidé, pour le salut commun, le délestage de la partie du chargement qui était sur le pont.

Le 18 octobre, l’équipage fut réuni de nouveau, le danger ne faisant qu’augmenter. Une relâche au port le plus proche fut décidée à l’unanimité. On fit route vers les îles Gambier. Le 21 octobre, le navire y jetait l’ancre avec trois pieds d’eau dans la cale. Toute la nuit fut employée à pomper. Le lendemain, le pilote était à bord pour changer de mouillage. L’appareillage se fit sans difficulté. C’est au cours de cette manœuvre qu’au moment de rentrer dans le chenal qui conduit dans le petit port où il devait trouver un abri sûr qu’une forte rafale de vent coucha le navire sur tribord, heurta un paquet de corail et s’échoua.

Le trois-mâts Francisco Alvarez était perdu. Le capitaine jugea impossible de sauver la cargaison. Les grands et gros mâts de l’Alvarez servirent pour la colonnade du bâtiment des tribunaux qui attendait depuis longtemps sa charpente. De nombreuses maisons en bois ont été édifiées avec les planches et les madriers.

Commentaires

Source :

Messager de Tahiti du 5 décembre 1868
LAVAL Mémoires pour servir à l’histoire de Mangareva, Société des Océanistes 1968
Groupe de Recherche en Archéologie Navale (GRAN) oct 2000
Robert, Veccella, Max Guérout, Compte rendu de la campagne de fouille 2000 (Diffusion limitée). Robert Veccella, Max Guérout, Fouille de l’épaves du Francisco Alvarez à Mangareva, dans Bilan scientifique du DRASSM 2000, Paris, 2002, p.90-91.
Max Guérout, Robert Veccella, Diego Carabias, Fouille de l’épave du Francisco Alvarez à Mangareva et inventaire du patrimoine archéologique sous-marin de l’archipel des Gambier, dans Bulletin de la Société des Etudes Océaniennes (Polynésie Orientale), n° 292/293 – janvier/juin 2002, pp.44-93


2015-09-23T09:34:57+00:00Categories: Gambier, Mangareva, Patrimoine maritîme, Rikitea|
Partagez
Tweetez
Enregistrer
+1