À Tubuai, comme à Rurutu et Rimatara, les habitations, par le fait de la fraîche température d’une grande partie de l’année, sont de préférence en chaux et lattes de bois ou en pierres de corail et chaux. On trouve encore des maisons anciennes et rustiques, en bois curieusement assemblé, que l’on peut comparer aux maisons en rondins des pays scandinaves, mais couvertes en pandanus. Ces maisons, élevées directement sur la terre nue, sans autre préparation qu’un léger fossé permettant l’écoulement de l’eau de pluie, sont agréables à habiter, au moins pendant la saison chaude. Les maisons en pierres sont fraîches le jour, chaudes la nuit, souvent humides ; les fenêtres et les portes trop petites. Le vieil impôt métropolitain des « portes et fenêtres », importé ici, fait que les propriétaires réduisent ou suppriment les ouvertures… pour payer moins d’impôt. L’impôt acquitté, en journées de travail comptées à 4 francs, est lourd.

Noël Ilary décrit la construction de sa maison, une vraie maison, en chaux et pierres de corail tirées de la mer

Je m’intéresse à la préparation de ce four à chaux, nouveau pour moi. Après avoir rempli la fosse de bois de fer, de préférence, on recouvre l’ensemble de pierres de corail. Le feu, en léchant, attaque la pierre et la transformation se fait lentement en quelques jours.

Commentaires

Source :

ILARI Noël, secrets tahitiens, journal d’un popaa farani (1934-1363) Ed Debresse Paris


2016-10-20T08:08:17+00:00Categories: Australes, Maison ancienne, Taahuaia, Tubuai|