Il existe une mine de charbon sur la montagne, une mine à ciel ouvert. Les habitants de Rapa avaient recours quelquefois, à ce charbon pour faire cuire leurs aliments lorsque le bois manquait.

Rapa, que sa position pouvait être désigné au milieu du XIXè siècle comme une escale future entre Panama et la Nouvelle-Zélande, et on pourrait peut-être tirer parti de son charbon. En 1867, un expert M. Méry, est envoyé en mission spéciale, pour procéder à une inspection. Mais rapporta des conclusions pessimistes. Selon lui le charbon ne valait pas la peine d’être exploité, d’abord parce qu’il est de qualité très inférieure et surtout parce que le gisement semble peu considérable. De même, le minerai de fer ne serait pas susceptible d’intéresser les industriels.

Mais quelques années plus tard, dans le rapport d’ensemble publié sur la colonie en 1907, il est dit que les mines de Rapa (p. 30) ne furent jamais explorées par un expert convenablement outillé pour faire ce travail, et que les échantillons recueillis dans les affleurements ne pouvaient donner que de médiocres résultats.

Commentaires

2018-08-14T16:48:05+00:00Categories: Archéologie industrielle, Australes, Rapa|