Originaire du Cambodge, du Laos et de Malaisie, le Santol  est parfois appelé mangoustan sauvage de part sa ressemblance avec le Mangoustan.

Le santol ((Sandoricum koetjape) un arbre fruitier très populaire aux Philippines mais encore rare dans les îles polynésiennes. Il existe deux variétés de santol, le rouge et le jaune. La variété jaune a été introduite à Tahiti en 1993 par Philippe Laborie.

C’est un arbre à croissance rapide, qui peut atteindre une vingtaine de mètres de hauteur. Ses grandes feuilles persistantes, ovales de 20 cm au dessous de velouté, prennent en vieillissant une belle couleur rouge foncé. Des grappes de petites fleurs à cinq pétales verdâtres ou jaunâtres apparaissent sur des panicules de 15 cm de longueur.

Une saveur sucrée

Le fruit jaune doré est sphérique légèrement aplati d’environ 12 cm de diamètre, avec une peau épaisse duveteuse légèrement ridée. A l’intérieur, la pulpe cotonneuse est divisée en quartiers, contenant chacun une grosse graine brune non comestible.

La pulpe qui elle est comestible à une saveur sucrée et légèrement acide. Elle est riche en vitamine B et à une haute teneur en glucides. Les fruits sont mûrs en janvier février à Tahiti.

Santol de Tahiti, Sandoricum koetjape © Tahiti Heritage

Le fruit est généralement consommé cru en suçant la pulpe qui entoure la graine, comme une sucette. Mais il faut prendre garde de ne pas avaler les graines qui peuvent provoquer des perforations de l’estomac ou des occlusions intestinales. On réalise également une boisson rafraîchissante appelée tout simplement « Santol » en mélangeant la pulpe du fruit hachée finement avec du miel et de l’eau fraîche. Le santol est également consommé cuit en confiture, marmelade et en fruits au sirop.

Une saveur sucrée

Le fruit jaune doré est sphérique légèrement aplati d’environ 12 cm de diamètre, avec une peau épaisse duveteuse légèrement ridée. A l’intérieur, la pulpe cotonneuse est divisée en quartiers, contenant chacun une grosse graine brune non comestible. La pulpe qui elle est comestible à une saveur sucrée et légèrement acide. Elle est riche en vitamine B et à une haute teneur en glucides. Les fruits sont mûrs en janvier février à Tahiti.

Le fruit est généralement consommé cru en suçant la pulpe qui entoure la graine, comme une sucette. Mais il faut prendre garde de ne pas avaler les graines qui peuvent provoquer des perforations de l’estomac ou des occlusions intestinales. On réalise également une boisson rafraîchissante appelée tout simplement « Santol » en mélangeant la pulpe du fruit hachée finement avec du miel et de l’eau fraîche. Le santol est également consommé cuit en confiture, marmelade et en fruits au sirop.

Propriétés anti-inflamatoires du santol

Plusieurs parties du santol ont des propriétés anti-inflammatoires. Les racines broyées et mélangées avec du vinaigre et de l’eau, sont utilisées pour combattre la diarrhée et la dysenterie. Elles sont également employées comme tonique après l’accouchement. Les feuilles broyées sont utilisées comme cataplasme sur la peau pour calmer les démangeaisons, ou en décoctions sont mises dans le bain pour réduire la fièvre.

Autres usages

Le bois du santol est répulsif contre les termites et les graines ont des propriétés insecticides.

Commentaires

Source :

Olivier Babin – fév 2012

2017-10-07T15:26:19+00:00 Categories: Fruits de Tahiti|Tags: |
184 Partages
Partagez184
Tweetez
Enregistrer
+1