D’architecture très classique avec de gros mûrs en maçonnerie perçés d’étroites fenêtres comportant de simples verres colorés, ce vieux temple de l’église protestant ma’ohi (EMP) de Maharepa semble abandonné par ses ouailles.

Sur le fronton, un porche avec trois grandes ouvertures surmontées de peintures très simples orange et bleu clair, donnant l’impression d’arcades rondes. A gauche du fronton, se trouve une grande croix en maçonnerie incorporant une petite niche pour la cloche. Beaucoup de touristes venaient assister à l’office du dimanche matin et écouter les Tahitiens chanter leurs chants religieux – les himene.

Chaque temple de l’église protestante ma’ohi porte un nom traditionnellement tiré de la Bible (ou plus récemment, de noms de lieux) comme celui que l’on voit ici sur la porte du temple de Maharepa, Iehova Nisi, « l’Éternel ma bannière » dans la traduction française de la Bible, fait référence au verset 17-15 de l’Exode (Ancien testament).

Tous les temples portent aussi la date de pose de la première pierre et celle de l’inauguration, ce qui permet de mesurer le temps et les efforts consentis par les paroissiens pour la construction des temples. Entre le 14 septembre (tetepa) 1943 et le 30 mai (mati) 1951, il s’est ainsi écoulé plus de 7 années.

Commentaires

Source :

Yannick Fer – Yves Malogne, d.r. http://yannickfer.hautetfort.com/


2016-06-06T16:40:07+00:00Categories: Moorea, Patrimoine religieux|