Envie d’un petit somme, ce ne fut pas l’endroit idéal. La Reine Marau Taaroa aimait se trouver à Papara, le berceau de sa famille et du noble clan des Teva, dans la vielle maison familiale, celle de son arrière-grand-père, le grand Tati.

Cette maison construite à la façon des missionnaires anglais, à la chaux, avec des poutres apparentes, recouverte de feuilles de pandanus se situait derrière le petit centre commercial actuel. Elle était peuplée de tupapa’u (fantômes), dont le principal était Tati lui-même, noblesse oblige.

On y avait conservé son lit, en tamanu massif, mais malheur à l’imprudent qui aurait osé s’y installer, même pour une petite sieste. Immanquablement Tati apparaissait, flanqué de son garde du corps vêtu d’un tihere (cache sexe) tenant à la main une lance. Sur un signe de son chef, celui-ci se saisissait de l’intrus qui se retrouvait sur l’herbe du jardin, après avoir été brutalement jeté hors de la maison.

Ces faits s’étant reproduits trop souvent, la grand-mère de la Reine, la princesse Ariitaimai se crut obligée de faire brûler ce lit. Depuis la maison a été démolie.

Commentaires

Source :

MARAU TAAROA – Mémoires S.O 1971 p 32


2017-06-13T07:03:10+00:00Categories: Maison hantée, Papara, Tahiti, Tarirea|