Originaire de l’Indoustan, mais largement naturalisée dans les Indes orientales, la Fleur de porcelaine, ou Calotropis, se rencontre fréquemment dans les atolls des Tuamotu où il est nommé Geogeo popaa’a. A Hawaï, cette fleur couronnée, appelée pua kalaunu, représente le symbole de la royauté. La dernière reine d’Hawaï, Lili’oukalani Nui portait régulièrement des couronnes de ces fleurs.

La Fleur de porcelaine est un arbuste persistant pouvant atteindre 5 m de haut aux feuilles, vert gris recouverte d’une poudre argentée. Ses fleurs en étoile, de couleur blanche ou lavande, sans odeur, sont regroupées par grappes. Elles comportent cinq pétales pointues d’aspect « cireux », durs comme de la porcelaine, surmontées d’une élégante couronne qui contient les étamines.

Utilisations médicinales du Calotropis

Les boutons des fleurs du Calotropis servent avant tout à la confection de couronnes de cou. Mais c’est, principalement la variété blanche, une plante utilisée en pharmacopée traditionnelle dans de nombreux pays.

  • La plante entière séchée est un bon tonique, expectorant, dépuratif et vermifuge.
  • Les feuilles et les racines servent à traiter les fièvres, l’indigestion, le rhume, l’eczéma, les nausées et surtout les diarrhées.
  • Le latex sert à enlever les épines de la peau.
  • L’écorce est utilisée pour le traitement de l’éléphantiasis et de la lèpre.
  • La fumée de l’écorce est inhalée pour la toux, l’asthme, et pour provoquer la transpiration.

Le Calotropis est utilisé en pharmacopée moderne pour la confection de médicaments pour le traitement de la syphilis, de l’éléphantiasis, de la lèpre, de la dysenterie aiguë et de la tuberculose. La plante a également des propriétés insecticides et fongicides.

Une plante vénéneuse

Bien que des parties de la plante soient utilisées à des fins médicales, il ne faut pas oublier que l’ensemble de la plante est toxique. Il faut donc manier les couronnes réalisées avec ces fleurs avec précautions car le latex peut rendre aveugle.

Commentaires

Sources :

Photo Pierre Henri Vannieuwenhuyse