Un remake de Tim Burton, genre « Sleepy hollow » et bien, non !

Au début du 19ème siècle, le col du Tahara’a était déjà difficile à franchir en calèche, cela ne s’est pas arrangé depuis dîtes-vous, malgré les quatre voies. A la moindre averse le ruisseau Vaiavava situé au pied de la colline coté Arue était en cru et bloquait tout passage, car il n’y avait pas encore de pont et le gué était submergé. depuis plusieurs jours, il pleuvait à verse.

Un habitant de Papenoo, Teriitua, qui revenait de Papeete attendait la décrue depuis déjà deux jours dans sa famille pour franchir ce fameux col du Tahara’a. En fin d’après midi du deuxième jour, l’eau commençait à descendre. La traversée pourrait être possible dans quelques heures, mais il est déjà 16h30 et c’était risqué de circuler de nuit sur l’étroit chemin de terre qui serpente dans la montagne. Mais il ne peut attendre le matin. Il prend son courage à deux mains, fouette ses chevaux et la calèche s’élance dans la nuit noire dans le ruisseau puis à l’assaut de la colline.

Mais au milieu de la colline, les chevaux réduisent l’allure en montrant des signes d’inquiétude. Soudain surgit du haut du col, un cercueil en feu qui se précipite vers la calèche. Les chevaux effrayés se cabrent. La calèche commence à vaciller. Mais le cercueil disparaît aussi vite qu’il est apparu. Teriitua n’est jamais rentré aussi vite chez lui.

Une crémation clandestine pensez-vous ?  Nul ne le saura !

Commentaires

Source :

Raymond Teriioterai Graffe 2005


2017-08-14T10:22:28+00:00 Categories: Arue, Insolite, Tahara’a, Tahiti|Tags: |
109 Partages
Partagez109
Tweetez
Enregistrer
+1