« Ce qui frappe tout d’abord quand on arrive dans la rade, c’est un petit îlot à fleur d’eau comme une émeraude et sur laquelle flotte le pavillon d’O-Taïti. Motu-Uta où l’île de la Reine, tel est le nom de cette île miniature.»

Depuis la nuit des temps, cette petite île de sable gardait gracieusement l’entrée de la rade de Papeete et ce, jusqu’en 1962. Autrefois propriété de villégiature Pomare, motu Uta devint tour à tour un fortin, un îlot de quarantaine pour les voyageurs originaires de régions à risque sanitaire, un lieu d’internement lors des deux guerres mondiales, un lieu de fêtes, avant d’être englobé par l’agrandissement du port de Papeete.

Le petit îlot de Motu Uta, résidence secondaire des Pomare

Maisons de la reine Pomare sur Motu Uta, Papeete. Dessin de Conrad Martens réalisé le 7 février 1835

Quai des goélettes de Papeete avec le petit îlot de Motu Uta en 1940

Le Motu Uta, îlot de villégiature de la Reine Pomare IV en 1859. Photo de Gustave Viaud.

Un lazaret dans la baie de Papeete en 1900

Dans les années 1900, Motu Uta est aménagé en lazaret pour la mise en quarantaine des passagers, équipages et marchandises en provenance de ports où sévissait la peste. Il fut ravagé par le cyclone des 5 et 6 février 1906, puis reconstruit.

Motu Uta, nne prison pendant les deux guerres mondiales

Motu Uta sera un lieu de réclusion pour des prisonniers politiques lors des deux guerres mondiales. Les patriotes de Tahiti y « embastillèrent » les ressortissants des nations ennemies de la France (allemands, autrichiens, japonais, pétainistes) mais également des français originaires d’Alsace. Ces reclus provisoires passaient le temps comme ils le pouvaient, certains travaillaient la nacre, dessinaient, écrivaient des poèmes, ou même des petites pièces de théâtre qu’ils faisaient jouer par leurs co-détenus

Vue aérienne de Motu Uta en 1949

Vue aérienne de Motu Uta en 1949, avec les bâtiments du Lazaret ayant servis également de prison.

Vue aérienne du port de Papeete avec le petit îlot de Motu Uta vers 1950

Vue aérienne du port de Papeete avec le petit îlot de Motu Uta vers 1950

Un lieu de fêtes

Un Tahitien, autrefois jardinier au service de la royauté, passa toute son existence sur ce motu, observant les mouvements des navires de commerce et de guerre visitant Tahiti. Il connaissait tous les équipages et l’on raconte qu’il organisait  « en douce » sur l’îlot des fêtes nocturnes bien arrosées, voire lubriques pour des officiers de marine et quelques notables de Tahiti. Des anciens de Tahiti peuvent encore vous raconter les soirées inoubliables de l’actrice Martine Carol sur Motu Uta.

La disparition de Motu Uta

La construction d’une digue courant le long du récif d’une longueur de 2,2 km qui reliera le légendaire îlot de Motu Uta à Fare Ute, et le remblaiement de l’îlot de Motu Uta, commencèrent durant l’année 1962. Ces travaux d’extension des installations portuaires qui dureront près de quatre ans défigureront pour toujours la belle baie de Papeete.

Commentaires

Source :

Philippe MAZELIER Mémorial polynésien, Tome 4 p 310
Tahiti-Pacifique Magazine sept 2009
Olivier Babin. Motu Uta, l’île de la Reine. Tahiti Infos avril 2017


2017-10-09T11:17:06+00:00 Categories: Fare Ute, Motu, Papeete, Tahiti|
1,3K Partages
Partagez1,3K
Tweetez
Enregistrer1
+11