La première chapelle de Paopao fut édifiée en bois en 1873, puis reconstruite en dur en 1962. En 1979 une église plus volumineuse dédiée également à Saint-Joseph fut construite juste à coté.

Des chapelles et une église Saint-Joseph

La première chapelle de Paopao fut édifiée en bois en 1873, puis reconstruite en dur en 1962. En 1979 une église plus volumineuse dédiée également à Saint-Joseph fut construite juste à coté.

En 1873, une première chapelle catholique en bois fut bénite par les frères Henri et Aloy à Papetoai, lieu symbolique de l’implantation de l’Église protestante. Cette petite chapelle tenta de rassembler petit à petit un nombre suffisant de paroissiens mais, en 1929, la décision fut prise par le père Félix Alazard de la démonter pour la déplacer à Pihaena afin qu’elle soit bénite solennellement le 27 avril par le père Toumelles.

Cette seconde chapelle demeura dix-neuf ans dans ce lieu-dit de Paopao. Elle sera une nouvelle fois démontée pour être ré-installée plus près du village de Paopao par le père Daniel Egron. Monseigneur Paul Mazet en célèbre la bénédiction le 17 octobre 1948. La chapelle Saint-Joseph a enfin trouvé sa place définitive mais fera l’objet de plusieurs restaurations partielles avec quelques agrandissements.

En 1962, la chapelle en bois deviendra l’actuelle chapelle “en dur”, grâce au père Xavier Leibe. Cette chapelle, bénite par monseigneur Paul Mazé en juin 1963, fera office de lieu de culte pour la paroisse catholique de Paopao, jusqu’en 1979 où la décision fut prise reconstruire, à quelques mètres de la petite chapelle, une nouvelle église plus volumineuse.

La chapelle tombera alors doucement dans l’oubli jusqu’à ce qu’une résidente de Tiaia, Raymonde Rey, décide d’entreprendre en 1998 sa totale restauration en finançant tous les travaux nécessaires. Dans le fond de la chapelle, on voit l’autel incrusté de nacre et au fond du chœur, une très belle fresque murale représentant la Nativité avec l’archange Gabriel, exécutée en 1946 par l’artiste suédois Peter Heyman.

Intérieur de la chapelle St-Joseph de Paopao, Moorea

L’intérieur de la chapelle Saint-Joseph de Paopao

L'église St-Joseph de Paopao, Moorea

L’église St-Joseph de Paopao, Moorea

La fresque représentant la Nativité

Quand la première petite chapelle de Paopao fut construite en bois par le père Daniel Egron, ce dernier souhaita la décorer. Les époux Winkelstroeter lui présentèrent un ami peintre, Peter Heyman. Ce dernier exécuta un projet mettant en scène pour la première fois la Nativité avec des personnages de type polynésien. Le père n’étant pas sûr que l’on puisse reproduire la Nativité ne voulu prendre de décision. L’évêque Paul Mazet fut alors consulté : lui-même n’y voyait aucun inconvénient mais ne pouvait non plus arbitrer. C’est finalement au pape que Paul Mazet demanda l’autorisation d’exposer cette « libre représentation ».

Le pape donna son accord mais à la condition que l’œuvre soit peinte directement sur le mur de la chapelle, afin qu’elle ne puisse être déplacée. Le peintre exécuta cette fresque et réalisa également une frise naïve sur les murs intérieurs de la chapelle.

Quand on voulut reconstruire l’église en ciment dans les années 1980, la population s’opposa à la perte de cette œuvre. La fresque fut donc découpée dans le mur de la chapelle en bois et conservée comme un « tableau » dans la nouvelle chapelle. La peinture de Heyman est aujourd’hui une célébrité internationale.

Cette fresque peut encore être admirée aujourd’hui dans l’ancienne chapelle de 1980, bien que les offices religieux se tiennent maintenant dans l’église adjacente.

Fresque de la chapelle St-Joseph de Paopao, Moorea

Fresque sur la Nativité de Peter Heyman

L’artiste suédois Peter Heyman

Peter Heyman (1908-1982), suédois né à Paris en 1908, se lance très vite dans des études de peinture, élève d’André Lhote. Il suit son père à Tahiti, en 1934, où il a décidé de s’établir comme agriculteur, dans le district de Papara. Inspiré par les scènes de la vie tahitienne, il a produit surtout des dessins au fusain et des gouaches et s’est essayé à la sculpture sur bois et à la gravure sur nacre.

Peter Heyman a effectué également des illustrations d’ouvrages et des décorations d’église, dont la plus représentative fut, en 1948, la fresque murale de la chapelle catholique de Pao-Pao, à Moorea. On lui doit également la décoration des portes de l’église du Sacré coeur-de-Marie de Taravao, (Tahiti) et une statue de sainte Anne qui orne la façade de la chapelle catholique de Papenoo. Une grande fresque de lui qui se trouvait à l’aéroport de Tahiti – Faa’a a été détruite dans l’indifférence lors de travaux de rénovations vers 1990. Il a terminé sa vie aux États-Unis en 1982.

Porte de l'église du Sacré coeur-de-Marie de Taravao, Tahiti. © Tahiti Heritage

Sculpture des portes de l’église du Sacré coeur-de-Marie de Taravao, Tahiti, réalisée par Peter Heyman

Commentaires

Source :

Service du Tourisme


2018-08-06T16:48:06+00:00Categories: Moorea, Paopao, Patrimoine religieux|