Une cohabitation difficile. Après un voyage de ravitaillement à Tahiti, La Bounty est de retour le 23 juin 1789 sur l’île de Tubuai (Australes). Suite à l’échange de quelques plumes d’oiseaux rouges, les marins anglais acquirent une parcelle de terrain située sur les terres du roi Taroatoa et s’y installent. Mais se sentant menacés par leurs premiers amis, ils construisent un fort qu’ils baptisèrent Fort George, du nom du roi d’Angleterre de l’époque.

La construction du fort débute le 18 juillet, carré de 100 m de coté avec une tour de guet à chaque coin et entouré d’un profond fossé, avec un pont-levis comme seul accès. Le projet est ambitieux et les travaux n’avancent guère. Les hommes manquent de vivres, mais ceci n’est rien en comparaison du comportement inexplicable de toutes les femmes qui se délectent à provoquer les travailleurs pendant la journée, pour s’esquiver ensuite, aussitôt que le travail cesse. Les relations avec les habitants de Tubuai se dégradent rapidement, au point de conduire à une bataille rangée, durant laquelle soixante-huit insulaires furent tués.

Hélas, ces troubles et la mésentente entre les mutins amenèrent Fletcher à proposer un référendum afin de statuer sur le maintien de leur colonie. Une majorité des hommes choisit de retourner à Tahiti, en laissant le fort quasi achevé. Le 17 septembre les mutins quittèrent Tubuai pour Tahiti, et de là, pour leur destination finale, Pitcairn.

Commentaires

Source :

Journal de James Morrison, second maître à bord de la. « Bounty », traduit de l’anglais par Bertrand Jaunez, publications de la Société des Études Océaniennes, n° 16, Papeete. 1966, pp. 45 à 54.
Illustration 1 :  Herb. Kawainui Kane


2016-10-17T16:12:53+00:00Categories: Australes, Fortification, Taahuaia, Tubuai|Tags: |