Ces marae ont été re-découverts et étudiés par l’archéologue José Garanger dans les années 1960… Un an passé à vivre dans la vallée, sous la pluie, la mousse qui poussait sur les tentes, avec peu de moyens… 

Plate forme d’archer
La plate-forme d’archer que l’on trouve en aval de la vallée est dans un excellent état de conservation, bien que recouverte partiellement de végétation. Située sur la rive gauche de la Vaitepiha à environ cinq mètres, la plate-forme pourrait toutefois être victime des crues de la rivière, un enrochement de cette dernière pourrait être une précaution à envisager, d’autant plus que des travaux ont récemment été entrepris par le Service de l’Equipement dans le lit de la Vaitepiha.

Paepae 
Après une quinzaine de minutes de marche en amont de la plate-forme d’archer, se trouve un paepae situé à environ 25 mètres sur la gauche de la rive et à deux mètres sur la droite du sentier de marche.
Ce paepae  fait 12 m de longueur sur 12 m de largeur soit une superficie de 144 m², pour 50 cm de hauteur. Cette structure est recouverte de végétation, quelques arbres y sont aussi implantés, mais elle n’est pas pour autant détruite.
En continuant toujours en amont de la vallée de la Vaitepiha, deux autres structures sont situées à environ une dizaine de mètre de la rive gauche, et sur le mato. La première en contrebas d’une longueur de 20 m et d’une hauteur de 1 m et la seconde, d’une longueur de 14 m avec une hauteur qui se réduit au fur et à mesure que l’on approche du mato (1 mètre à 50 cm à l’extrémité gauche).

Marae
Un marae est situé sur une falaise abrupte à gauche (environ 3 à 4 mètres) d’un bras de la rivière. Ce marae est dans un excellent état de conservation, certainement entretenu par l’association « Taiarapu Nui Toa », bien que de l’humus recouvre la structure.
Le marae est long de 21 m, et large de 9.80m soit une superficie de 205, 8 m², l’épaisseur du mu étant de l’ordre de 80 cm. Le ahu d’une longueur de 6.10m et d’une largeur de 2.10m (superficie  12.81 m²) comprend six pierres qui représentent  six dieux ou atua. Sur la gauche du ahu, on trouve une pierre dressée qui elle a pour fonction de retracer la généalogie.
Une seconde pierre dressée a été retrouvé à 50 cm sur la droite du marae, il semblerait toutefois que cette dernière ne soit pas originelle.

 

Commentaires

Source :

Garanger José, 1964. Recherches archéologiques dans le district de Tautira, Tahiti, Polynésie française, Journal de la Société des Océanistes 20, pp. 5-21.
Service de la Culture et du patrimoine - 2006


2013-08-23T21:06:57+00:00Categories: Iles du vent, Marae, Sites archéologiques, Tahiti, taiarapu-est, Tautira|