Monuments sacrés par excellence, lieux de culte de l’ancienne religion, les marae constituaient également un pivot de l’organisation socio-politique polynésienne. On distingue ainsi marae royaux, familiaux, de spécialistes… Aux Marquises, les me’ae (marae) décrivent à la fois les structures cérémonielles et mortuaires.