L’après-midi suivante, notre capitaine indiqua du doigt quelques nuages au sud-est en disant, « Anaa ».

Regardant attentivement du côté des nuages et à la surface de la mer, l’ethnologue américain Peter Buck ne vis pas la moindre trace d’île. Il ne comprenait pas comment on pouvait distinguer une île dans le ciel lorsqu’elle n’était pas visible sur la mer, ni comment des nuages pouvaient être fixés comme un ballon captif pour marquer l’emplacement d’un atoll.

– Comment le savez-vous ?, demanda t-il.
– Vous voyez cette teinte verte sur les nuages, lui répondit, c’est le reflet des eaux vertes du lagon de Anaa. Le lagon est, moins profond que celui des autres îles et l’eau est plus verte. On peut toujours repérer Anaa par ses nuages verts tant que le soleil brille sur le lagon et qu’il y a un nuage au-dessus.

Les instructions nautiques, font état à propos de Anaa d’un phénomène remarquable de réflexion du lagon de l’atoll dans les nuages qui le surmontent « sous la forme d’une projection vert pâle, qui se voit à grande distance ». Ce phénomène est connu depuis fort longtemps par les navigateurs locaux qui l’utilisait pour se repérer lors des navigations entre Tahiti et les atolls des Tuamotu.

Ce nuage vert serait serait visible par moment de Tautira à Tahiti, où l’on appelle ce nuage, la « montagne de Anaa ».

Taeroto est un phénomène de réflexion des couleurs du lagon sur les nuages surplombant l’atoll alors que ce dernier n’est pas encore visible. Ce phénomène n’existe que pour les lagons de Anaa et de Niau. Te Nuku Taeroto est le nom du reflet bleu-vert sur les nuages (te ata ninamu) du grand lagon de Anaa.

Commentaires

Source :

Peter Buck (Te Rangi Hiro) Les migrations de Polynésiens Payo Paris 1952 – Service Hydrographique de la Marine (SHOM, Édition 1987 – Îles de l’océan Pacifique : Pacifique central) – F. Stimson.