A une époque très ancienne, vivaient près d’une source à Vaitape, nommée Vaimoa (eau bénie), les deux des premiers grands rois de Bora Bora : Tehaamarumaru arii et Taiatapu arii. Leur mana (pouvoir) était si grand qu’ils pouvaient déplacer les montagnes de leur île. Ils étaient soumis à la force de Ra et au dieu « Oiseau ». Sur leur maro (ceinture de tissu végétal) étaient inscrits les quatre emblèmes : le soleil, la lune, les requins et la tortue.

Le grand prêtre Terii o te ra vit dans les étoiles la bénédiction et la malédiction qui entraîneraient son peuple vers la décadence. Pour la bénédiction, l’île toute entière serait frappée et secouée par une énorme boule de feu. Ce fut le signe que le dieu créateur Taaroa envoya pour montrer à tous les grands prêtres que I’ île était sacrée et resterait pour un temps, le berceau de la culture maohi .

Cérémonie de purification

A cette époque, une cérémonie de purification se tenait une fois par an pour le renouvellement de leur mana. La réunion avait lieu à la source Vaimoa qui était entourée de unu, des poteaux en bois sculptés représentant les dieux de leurs ancêtres.

En 1927, se trouvait autour de la source, un marae, un paepae fare et un énorme trou que l’on appelait Te Hohupuraa no Mauu (le bain de Mauu ). En 1935, les jeunes de l’île plongeaient dans ce trou d’eau à partir d’une branche d’un manguier. Mais les Américains qui s’étaient établis à Bora Bora lors de la seconde guerre mondiale, firent une tranchée pour évacuer l’eau du trou. Mauu ne put alors continuer à s’y baigner.

Au cours de la cérémonie de purification, de nombreuses bêtes étaient sacrifiées. Le grand prêtre Terii o te ra portait un tapa (tissu végétal) blanc. Quand il se présentait devant le peuple, la foule s’agenouillait. Les hauts dignitaires s’inclinaient devant lui, puis le silence se faisait dans un recueillement profond. Le Prêtre sortait le api du fata-atua et le plongeait dans l’eau. Des cris de joie se faisaient entendre. L’eau qui était trouble devenait claire et pure. Le Prêtre retirait la statuette et le mettait sur le ahu (autel) pour la faire sécher. On lui remettait son maro et sa ceinture de plumes rouges. Une fois la cérémonie terminée, les princes se mettaient à l’eau accompagnés de leurs trois grands guerriers qui se nommaient : Tahahu Moana , Mauu et Tautu .

Quand les trois guerriers moururent, leurs corps furent mis sur le marae pendant un temps. Leurs têtes furent déposées sur les hauteurs des rochers, non loin du marae. Le grand prêtre Terii o te ra les adora. Ils devinrent alors des Oro-matua et par la suite des Taura (gardiens). Ils se transformèrent aussi en requins ou en étoiles filantes. A chaque cérémonie, le prêtre les invoquait. On voyait alors dans le ciel, trois traces lumineuses ressemblant à des étoiles filantes qui se dirigeaient vers le trou pour se baigner ou pour se purifier.

Vers les années 1930 à 1935, seul Mauu revenait. Selon les habitants de l’île, le bruit de l’eau se faisait entendre dans toute l’île. Les habitants de Vavau savaient que Mauu se baignait.
Aujourd’hui, ce trou existe encore. Seuls, quelques taro poussent encore dans ce grand trou humide qui fut jadis peut-être le berceau de la culture maohi .

Commentaires

Source :

Charles MANUTAHI ,Légende tirée du Puta Tupuna (livre des ancêtres) de Bora Bora


2016-10-20T08:08:49+00:00Categories: Bora Bora, Iles sous le vent, Sources, Vaitape|