L’île de Bora Bora, est surnommée «  la perle du Pacifique  » et c’est bien ainsi qu’elle apparaît du haut du ciel : perle noire enchâssée dans les couleurs de son lagon émeraude.

La surface de Bora Bora n’est que de 38 km2 et son plus grand diamètre n’excède pas 9 km, mais ses côtes, très découpées, s’étendent sur une trentaine de kilomètres. L’épine dorsale de l’île est formée par un ensemble de chaînes basaltiques, vestiges du volcan et de son cratère que fut l’île. Les plus hauts sommets sont le mont Tai-manu (Otemanu) qui culmine à 727 m et le mont Pahia à 661 m.

Vavau

 Avant de s’appeler Bora Bora, I’îIe se nommait Vavau. Les récits racontent que l’île prit ce nom au 9ème siècle pour marquer ainsi la naissance de Firi-a-mata-o-vavau (appelé aussi Vavau) qui était un grand guerrier et un navigateur incontesté. Premier grand Arii nui, il est né des amours d’une pierre, Ofa’i honu et de Honora’i, la falaise sacrée. Vavau signifierait « s’installer ». On pense donc que ce nom aurait été donné à l’époque du peuplement de Bora Bora, effectivement au 9ème siècle.

Il est dit également que le nom de Vavau était utilisé dans le cadre d’une fonction triangulaire avec les îles de Raiatea et de Tahaa. En effet, à une époque reculée, ces trois îles, alors appelées Havaii (Raiatea) et Uporu (Tahaa) et Vavau, avaient un rôle particulier à jouer :

  • Havaii était le centre religieux et politique où toutes les décisions étaient prises ;
  • Uporu détenait l’enseignement : « Fare ‘aira’a’upu  » était le nom où toute l’aristocratie recevait leur éducation intellectuelle par voie orale et par des moyens manuels ;
  • Vavau avait la fonction de former les guerriers.

Pola Pola, Pora Pora puis Bora Bora

Certains lient l’origine du nom Bora Bora au capitaine James Cook. Lors de son passage, en 1769, le Cook entendait souvent le terme apo’ora’a  » (assemblées). Elles étaient très fréquentes à l’époque car Bora Bora tenait un rôle politico-religieux important. Au lieu de ‘apo’aro’a, Cook aurait compris Bola Bola, ce qui tahitianisé donne Pora Pora.

le « P » se transformera un plus tard, avec les Américains, en un « B »donnant Bora Bora, que certaines personnes limitent à Bora

 L’île pouvait prendre d’autres noms. C’est ainsi qu’on lui reconnaît plusieurs autres noms, dont celui de Pora Pora. Si Vavau évoquait la fonction ancienne de l’île, Pora Pora évoquait l’origine mythique de l’île.

Selon la légende de la création du monde, après la création de Havai’i (l’actuelle Raiatea), le berceau polynésien des dieux et des rois, Pora Pora fut la première île que les dieux tirèrent de l’océan d’où l’origine du nom attribuée à l’expression mai te po ra, signifiant « surgie de la nuit » (la nuit est par définition le monde des dieux).

Une place dominante qui lui vaut les appellations de :

  • Pora Pora fanau tahi (pora pora l’unique)
  • Pora Pora te matahiapo (pora pora l’aînée)

Une île visitée par les navigateurs européens

  • Le 06 juin 1722, le navigateur  hollandais Jacob Roggeveen aperçoit, sur sa route vers l’ouest, deux îles montagneuses dont la première est beaucoup plus haute que l’autre. Sans le savoir, il venait de découvrir Maupiti et Bora-Bora, il pensait à des îles de l’ archipel des Tonga.
  • Le 16 juillet 1769, le capitaine anglais James Cook passe près de Bora Bora.
  • Le 10 janvier 1775, le capitaine espagnol Domingo de Boenechea qui commande l’Aguila vit Bora Bora qu’il baptisa San Pedro.
Commentaires

Source :

Afrometh : Topoguide de Bora Bora
Photo : ETOM 82 Maine
Illustration :Hogg, Alexander, fl. 1778–1819. Chart of the Society Isles Discovered by Captn. Cook, 1769.


2018-04-12T16:22:08+00:00Categories: Bora Bora, Ile, Iles sous le vent|