Sous le nom poétique de « Rose du désert » se cache une plante à l’aspect très original qui s’apparente à un petit baobab couvert de fleurs. La plante est appelée « Tipanie Bangkok » à Tahiti, en raison de sa ressemblance avec le tipanie (frangipanier) et parce que les premiers plants qui ont été introduits au fenua venaient de Bangkok.

Le nom Adenium vient de l’arabe aden, nom du port d’Arabie d’où elles furent transportées en Occident. Obesum signifie « obèse » en référence au tronc très enflé à la base qui caractérise la plante.

Un mini baobab

Le tipanie Bangkok (Adenium obesum) est une plante originale sous bien de aspects. Il présente une base renflée en forme de bouteille de laquelle s’échappent de courtes branches munies de feuilles terminales vert brillant. Ce gros renflement gris-vert et ses racines hypertrophiées lui servent d’organe de réserve d’eau qui lui permettent de bien supporter la sécheresse, mais moins bien l’excès d’humidité. L’écorce lisse gris pâle réfléchit les rayons du soleil offrant une protection contre la chaleur torride. Dès que l’on entaille l’écorce, un abondant latex toxique, transparent ou blanc, s’en écoule.

Ses nombreuses petites branches se terminent par de grandes feuilles charnues disposées en spirales autour des branches. Chaque nouvelle feuille est accompagnée de la chute d’une plus ancienne. En cas de conditions difficiles l’adenium perd ses feuilles pour se rendre plus résistant aux conditions extrêmes.

Les fleurs à cinq pétales en trompette de 5 cm de diamètre et 2 à 5 cm de longueur se déploient au centre des feuilles. Roses, rouges ou plus rarement blanches, elles offrent un spectacle étonnant. Certaines variétés présentent même des fleurs panachées et doubles. Le fruit est une longue gousse de 20 cm de long et de 1 à 2 cm de large, remplie de graines.

Adenium, Tipanie Bangkok. Photo Christian Chene
Adenium, Tipanie Bangkok, Rose du désert. Photo Christian Chene
Adenium, Tipanie Bangkok, Rose du désert. Photo Christian Chene

Une plante toxique utilisée en pharmacopée traditionnelle

La rose du désert est une plante importante de la pharmacopée traditionnelle africaine.

  • Une décoction des racines, seuls ou en combinaison avec d’autres plantes, est utilisé en externe pour traiter les maladies vénériennes ;
  • une lotion à base d’extraits de racine ou de l’écorce traite les maladies de la peau et combat les poux.
  • Une décoction de racine comme gouttes nasales est prescrit pour la rhinite

La sève riche en alcaloïdes, est très toxique. Il faut veiller à bien se laver les mains après la taille et tenir ces plantes hors de portée des animaux et des jeunes enfants. Ce latex servait à enduire les flèches empoisonnées.

Commentaires

Source :

Olivier BABIN FTV N°54 février 2017

2017-03-10T09:25:07+00:00Categories: Fleurs de Tahiti|Tags: |