On l’appelait Te Metua ! « Le Père » ou « Le Sage » en Tahitien ! Un modeste charpentier, Pouvanaa a Oopa, qui a incarné le rêve de l’émancipation tahitienne et qui est devenu une légende dans la Polynésie française.

Pouvana a Opaa

Volontaire dans le bataillon du Pacifique pendant la première guerre mondiale, Pouvanaa a choisi d’emblée la France Libre dès 1940.Député de la Polynésie française en 1949-1958. Sénateur de la Polynésie française en 1971-1977, Président du Rassemblement démocratique des populations tahitiennes (R.D.P.T.), ses aspirations à l’autonomie et même à l’indépendance de son pays se sont brisées contre la raison d’état… Et surtout contre la volonté française de faire de la Polynésie un champ d’expérimentation de ses armes nucléaires.

Pouvanaa a Oopa

Toute sa vie, il a été l’adversaire des capitalistes et des colonialistes, il a combattu pour l’océanisation des cadres, la promulgation des lois sociales, le retour des terres à leur véritables propriétaires. Homme de liberté et de dignité, il a su traduire les réactions de la masse tahitienne contre les influences occidentales par ces activités au service de son peuple.

Condamné à 15 ans d’interdiction de séjour

Accusé d’avoir voulu incendier la ville de Papeete, Pouvanaa a Oopa a été condamné le 21 octobre 1959 par la Cour criminelle de Polynésie française à 8 ans de réclusion criminelle et à 15 ans d’interdiction de séjour pour complicité de tentative de destruction d’édifices par provocation, aide, assistance et fourniture de moyens et pour détention d’armes, avant d’être gracié en 1966.
De son vivant, Pouvanaa a Oopa a toujours clamé son innocence. Sa foi en la République et ses valeurs dont la devise est « Liberté, Égalité, Fraternité » n’a jamais été ébranlée.

« La France est une grande nation, et c’est pour cela qu’elle me rendra justice »

Soutenu par sa foi en Dieu, il a supporté toutes les épreuves puis revenu parmi les siens, il s’est éteint le 10 janvier 1977, quelques mois avant de voir triompher les idées lors du vote du statut du 12 juillet 1977 qui a donné l’autonomie au Territoire de la Polynésie française.

Sa tombe se trouve au cimetière de l’Uranie à Papeete (photo 3).

Tombe de Pouvana a Opa

Tombe de Pouvana a Opaa au cimetière de l’Uranie à Papeete

Une promesse de réouverture du dossier

Le 15 février 2013, l’Assemblée de Polynésie française a voté  à l’unanimité une motion en faveur de la révision du procès. La garde des Sceaux, alors Christine Taubira, a finalement saisi le 18 juin 2014 la commission de révision des condamnations pénales d’une requête en révision de cette condamnation. Le 22 février 2016, le Président de la République, François Hollande, s’est rendu sur la tombe de Pouvanaa a Oopa. Un geste fort et symbolique pour tous ceux qui réclament depuis des années, sa réhabilitation ?

Un buste réalisé par le sculpteur Georges Oudot

Le buste a été réalisé par le sculpteur franc-comtois Georges Oudot. Un artiste qui se veut témoin de son temps avec des bustes d’hommes célèbres allant de De Gaulle à Gaston Flosse. Georges Oudot a réalisé la sculpture Tahiti, entre mer et nuages » du lycée du Taaone en 1980 (photo 4)

Sculpture "Tahiti, entre mer et nuages" de George Oudot
Commentaires

2018-04-25T15:00:51+00:00Categories: Monument, Papeete, Personnage historique, Tahiti, Tarahoi|