En arrivant au Couvent de Rouru, situé au pied du mont Duff à Mangareva, le premier bâtiment que l’on voit, à gauche de l‘arche d’entrée du couvent abrite la chapelle saint-Agathe et l’infirmerie.

L’infirmerie

Ce bâtiment double de 24 m de longueur a été construit en 1848 en grosses pierres de corail, sous la direction du père Cyprien Liausu, de la congrégation des sacrés-Cœurs de Picpus.

Du coté Nord, se trouve une grande pièce qui servit d’infirmerie pour les sœurs du couvent et pour les habitants de Mangareva. L’ancien président Gaston Flosse, a vu le jour dans cet infirmerie.

La chapelle Sainte-Agathe

La chapelle voûtée, située dans la partie Sud du bâtiment, servait pour les messes ouvertes à la population souvent célébrées par le père Cyprien.

 « La chapelle de Rouru à Mangareva peut avoir 30 pieds de long sur 25 de large sans compter un endroit latéral de 12 pieds carrés (la chapelle des étrangers), destiné au public. Le fond est orné d’une belle boiserie, bel autel en puga, tabernacle et lampe et trois tableaux, vitraux de 500 fr., deux reliquaires, deux vases à fleurs – garniture de chandeliers, plus 4 chandeliers, calice et ostensoir comme ceux de Taravai, ciboire en argent, deux petits missels…

L’ancien autel, fait de blocs de corail taillés a été déplacé et installé dans la cathédrale Saint Michel, à droite de l’entrée. Il ne reste que quelques marches d’un escalier en pierres sur lequel des fidèles, qui viennent toujours prier, ont posé une petite statue d’un homme tenant un enfant (photo)

Chapelle St Agathe du couvent de Rouru, à Mangareva © Tahiti Heritage

Intérieur de la chapelle St Agathe du couvent de Rouru, à Mangareva

Autel de la chapelle St Agathe du couvent de Rouru

Autel de la chapelle St Agathe du couvent de Rouru

Le mystère du Père Cyprien

Le père Cyprien s’était aménagé une chambre dans le couvent de Rouru près de l’infirmerie pour y loger. Cette liberté fut mal vue par la communauté qui exigea qu’il quitte le couvent. Mais il ne céda pas et continua à passer ses journées au couvent. Cette histoire et des problèmes de santé poussent le père Cyprien à rentrer à Cahors, en France, en 1853. Il décède trois années plus tard à Paris et ses anciens paroissiens des Gambier demandent avec insistance à Mgr Tepano Jaussen que soit corps soit enterré dans leur île.

En 1864, après des mois de voyage en bateau, le cercueil arrive à Rikitea et est transporté le soir même au couvent de Rouru. Les religieuses se recueillent, chantent et prient toute la nuit devant le cercueil. Le lendemain matin, au moment de l’inhumation, on ouvre le cercueil et on découvre que corps supposé être celui du picpusien est celui d’une vieille femme aux cheveux roux alors que le père Cyprien avait une belle tonsure. On enterra les restes de la pauvre femme en toute discrétion dans la chapelle. Mgr Tepano Jaussen affirme ne jamais avoir quitté le cercueil durant le voyage.

Encore à ce jour, le mystère reste entier.

Commentaires

Source :

LAVAL Mémoires pour servir à l’histoire de Mangareva. Société des Océanistes 1968 p CXV et 581
FENELON, Service de l’Urbanisme 1981 Patrimoine architectural antérieur à 1900 (ROU 03) Frère SOULIE : Mon clocher à Mangareva


2018-03-11T16:15:13+00:00Categories: Gambier, Mangareva, Patrimoine religieux, Rouru|