Sur le grand motu Toopua de Bora Bora, se trouvent trois anciens marae très dégradés et surtout au sommet un amas de très grosses pierres appelé  » la cloche de Hiro » (Te-oe-a-Hiro). Le grand guerrier Hiro fit construire à cette époque deux cloches qui étaient utilisées lors des invasions guerrières : de simples pierres. L’une vers le haut, qui donnait un son aigu, servait d’après la légende de Faeta, à effrayer l’ennemi avant qu’il ne pénètre dans le lagon de Bora Bora. Le timbre émis ressemblait à la voix des dieux. L’autre cloche, au son grave, indiquait l’arrêt des combats ou la retraite.

Selon d’autres sources, Hiro aurait employé cette cloche pour marquer le commencement d’une entreprise remarquable. Il prononçait alors ces paroles :

« Quand je frapperai la cloche, sa résonance et son esprit parcourront l’île entière. Les hommes, les dieux, les varua (les esprits) sauront que j’ai besoin d’eux »

On l’entend la cloche jusqu’à Vaitape, mais les anciens disent qu’autrefois, on l’entendait aussi de Maupiti;

Au pied de la cloche de Hiro, de gros rochers posés sur la plage de To’opua sont parsemés de petites cavités ou cupules peu profondes. Leurs fonctions dépendaient vraisemblablement de leur situation, récipient pour la fabrication de médicaments ou pour l’encre de tatouage, réceptacle d’eau de mer pour l’obtention de sel marin, ou pour le dépôt du pito, le cordon ombilical des nouveau-nés, pierre en corrélations avec les rites de fertilité… La côte ouest du motu Toopua-iti est, elle aussi, parsemée de plusieurs de ces pierres à cupules.

Commentaires

Source :

Charles Manutahi, récits des anciens de Bora Bora
Service de la Culture et du patrimoine
Cloche de Hiro sur YouTube par Dane Lee


2018-03-17T17:27:58+00:00 Categories: Bora Bora, Iles sous le vent, Légendes îles sous le Vent|Tags: |
3 Partages
Partagez3
Tweetez
Enregistrer
+1