La dent de Pahatu, un magnifique doigt de lave de 102 m de haut, semblant pointé vers le ciel en bordure du grand marécage jouxtant l’aéroport. Immense et hautain menhir naturel, né d’une mystérieuse contraction magmatique.
Deux chemins de terre, l’un coupant à travers la mer de roseaux, l’autre la longeant, conduisent au pied du piton. Une rampe herbeuse amène le visiteur à une source, à une trentaine de mètres au-dessus du niveau de la mer. Ensuite, il suffit de traverser un petit bosquet, de cheminer un bref instant au soleil dans des herbes cuites et recuites pour atteindre la paroi rocheuse.
Première surprise, par rapport aux laves de Tahiti qui se délitent en permanence sous le pied ou la main, la matière dont est fait le Pahatu est d’une remarquable texture, offrant mille et une prises à celui qui veut s’y attaquer.
70 m de verticale, ce n’est pas grand-chose, d’autant qu’une voie d’accès, permet d’accéder au sommet de l’observatoire.

Commentaires

Source : La Dépêche du 30-09-2001
2013-08-23T19:07:32+00:00 Categories: Australes, Espaces naturels, Mataura, Sommet, Tubuai|
0 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer
+1