Chanceux, mais à l’étroit. L’évêché qui jouxte la cathédrale est une maison à étage avec un grenier. Il possède trois fenêtres en façade et est utilisé actuellement par le père curé de Rikitea, qui on peut le dire est un peu à l’étroit dans le minuscule presbytère qui est sa résidence officielle. Ces bâtiments ont été restaurés en 1995. Les plafonds d’origine, étaient intéressant tant pour leur conception en chaux sur une armature de roseaux, que pour leur esthétique. Une frise sculptée et teintée, encadrait la pièce. Ils n’ont malheureusement pas pu être conservés.

L’évêché a été repeint avec les encadrements de fenêtre en ocre en décembre 2011, en reprenant les nouvelles couleurs de la cathédrale Saint-Michel.

La vigne du presbytère

Un petit coin de métropole plein de symbole. Dès l’entrée du jardin du presbytère de Rikitea, sur le coté de l’imposante cathédrale Saint-Michel, on se sent dépaysé. On a plutôt l’impression de rentrer dans une vieille demeure du sud de la France, avec sa tonnelle recouverte de vigne, les murs chaulés aux volets et portes aux couleurs vives. Les missionnaires ont, peut-être voulu reconstruire une petit coin de France pour vaincre leur nostalgie.

Mais cette vigne est surtout une image forte pour les missionnaires, puisque l’expression « Travailler à la vigne du seigneur » qui signifie s’employer à l’instruction et à la conversion des âmes, convient parfaitement à leur mission.

Commentaires

Source :

LAVAL Mémoires pour servir à l’histoire de Mangareva. Société des Océanistes 1968
Frère SOULIE : Mon clocher Mangareva
FENELON Service de l’Urbanisme 1981 Patrimoine architectural antérieur à 1900 (RIK 03)
Photos Olivier Babin. n° 1 en avril 2012, n° 2 et 3 en fevrier 2000


2016-10-20T08:08:28+00:00 Categories: Gambier, Mangareva, Patrimoine religieux, Rikitea|
0 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer
+1