Poisson frais et quelques fruits et légumes locaux sont présentés sous une fresque colorée peinte par François Ravello, un artiste qui habite Moorea. Un tableau à l’entrée du marché, qui est également une Coopérative Poissonnière, indique les prises du jour : mahi mahi, thon blanc ou rouge, ono, espadon, marlin, saumon des dieux. Le poisson frais pêché dans le lagon et des bonites sont vendus au marché ou sur le bord de route du village de Pao Pao. D’autres pêcheurs circulent en camionnette autour de Moorea en klaxonnant ou en soufflant dans un pu (coquille de triton) et en criant le nom des poissons qu’ils ont à vendre.

François Ravello

Né en 1926 à Toulon, dans le Var, François Ravello a eu une enfance tournée vers la mer. A seize ans, mentant sur son âge, il s’engage dans la marine alors que la France est en guerre. Il voyage : Indochine, Japon… Cultures exotiques, couleurs vives et des modes de vie l’influencent pour toujours. Démobilisé le jour de ses vingt ans, il continue à naviguer. Il arrive à Tahiti en 1956. La Polynésie française, appelée à l’époque EFO (Etablissements français de l’Océanie), l’accueille chaleureusement. A trente ans, il exerce une multitude de métiers : pêcheur à Tahiti, instituteur aux Marquises ou encore barman au Tuamotu.

Un ami artiste, Jean Masson, l’encourage à peindre de façon plus régulière. Il lui achète ses premiers tableaux. La première exposition de Ravello a lieu à Tahiti en 1964. Encouragé par ses premiers succès, il exposera par la suite régulièrement en Polynésie française mais aussi à Paris ou à Tokyo. Epicurien, il a dessiné et peint d’instinct, faisant revivre sur la toile l’âme polynésienne, les pêcheurs, les trucks chargés rentrant du marché, les mama bavardant appuyées sur une bicyclette ou encore les fêtes et leurs musiciens. Il a su aussi exprimer le vague à l’âme du lendemain de fête, à travers des corps alanguis, des visages méditatifs aux regards absents empreint d’un étrange fatalisme.

Au cœur de Papeete, Ravello a conçu une imposante fresque sur l’histoire de La Bounty.

Commentaires

Source :

Photos 1 et 2 : La fresque du marché de Paopao, peinte par Ravello.
Photo 3 : La fresque sur l’histoire de La Bounty, immeuble Norman Hall à Papeete


2017-12-07T12:09:00+00:00Categories: Iles du vent, Moorea, Papetoai, Street Art|