Avant de devenir les Jardins de Paofai, le rivage à la sortie de Papeete vers Faa’a a été une plage où les jeunes aimaient se baigner. Il a aussi accueilli l’arrivée de la pirogue double Hokulea en 1976. Asseyons-nous quelques instants sur ce bord pour écouter le site nous raconter son histoire.

Plage Sigogne

Anciennement, le rivage de Paofai abritait deux petites criques qui s’appelaient la plage des fara (pandanus) et la plage des orangers. Ce bord de mer s’est ensuite appelée plage Sigogne du nom de Lucien Sigogne (souvent orthographié par erreur Sigogne ou Sygogne). Celui-ci a été maire de Papeete du 4 octobre 1917 au mars 1920. Avocat, ancien élève de l’Ecole coloniale et docteur en Droit, il a travaillé à l’étude de Maître Goupil et a participé activement à la lutte contre la grippe espagnole en 1918.

Des anciens se souviennent :

« C’était le seul quartier de Papeete qui avait une plage qui commençait en bas de l’avenue Bruat et allait jusqu’à l’embouchure de la Tipaerui. Il n’y avait pratiquement que du sable, et tout le monde y avait accès. Surtout les jeunes qui, au lieu d’aller à l’école, préféraient se baigner. La mer était claire, les patates de corail étaient encore visibles. Nous aimions aller à la nage jusqu’au motu Uta en s’appuyant sur un coco en guise de flotteur. »

Rade de Papeete, vers 1890. Photo Franck Homes

Rade de Papeete, vers 1890. Photo Franck Homes

Plage de Paofai en 1890 Photo Holmes

La Plage de Paofai vers 1910

Plage de Paofai en 1968. Photo Treboz

La plage de Paofai vers 1960. Photo Treboz

Hokule’a

En 1976, la pirogue double Hokule’a arrive en Polynésie française, après une navigation de 5 370 km effectuée en 32 jours reliant Honolua Bay (Maui, Hawaii) à Papeete. Elle apporte la preuve des migrations transocéaniques du peuple polynésien. En souvenir de cet évènement, un monument ressemblant à deux proues de la pirogue est dressé et la plage Sigogne prend le nom de Hokule’a. Le grand parc aménagé en remblais sur la mer en 2010 devait initialement prendre le nom « Parc Hokule’a ». Mais la consonance hawaiienne de ce nom a déplu à certains élus. Toutefois, une des plages qui accueille les pirogues a été baptisée plage Hokule’a.

« La première plage de Tahiti où l’on ne peut pas se baigner ! » diront certains.

Jardins de Paofai

Plage de Paofai. Photo Pierre Lesage

C’est finalement le nom « Jardins de Paofai » qui est retenu pour ce parc situé entre la place To’ata et la place Jacques Chirac, inauguré le 2 février 2010. D’une superficie totale de 5 hectares, ce parc paysager à dominance végétale est dédié au grand public pour offrir aux familles un espace de détente en plein Papeete. Des bancs pour se reposer, de l’herbe bien verte pour s’allonger ou jouer au ballon, des aires de jeux pour les petits, un parcours de santé pour les grands, des tables et bancs pour faire ses devoirs, lire ou manger, des fare pote’e pour contempler l’océan, des bassins pour rêver en regardant les poissons… La capitale avait grand besoin de ce poumon vert surtout depuis que les voitures ont pris possession des pelouses de la place Tarahoi au début des années 2000.

Commentaires

Source :

MT dec 2016


2017-05-30T14:57:31+00:00 Categories: Paofai, Papeete, Tahiti|
2,8K Partages
Partagez2,8K
Tweetez1
Épinglez1
+11
Email