Cette légende tahitienne de Temahuru raconte comment un requin fût bien mal récompensé par la personne qu’il secourait et comment il se vengea.

Un voyage aller sans encombre

Il y a longtemps, très longtemps…

Aromaterai, un prince tahitien et son cousin Teriituroroarii de la Pointe des pêcheurs (Punaauia), se rendaient à Raiatea en pirogue double. Teriituroroarii devait manœuvrer seul l’embarcation, car le prince qui souffrait du mal de mer restait désespérément allongé au fond de la pirogue.

Après deux jours de mer, ils arrivèrent en face de la passe de Avarua (Avapiti) à Raiatea. Les habitants de Uturoa les attendaient sur le rivage avec des couronnes de fougère. Ils avaient été prévenus par un guetteur posté sur la colline près d’une pierre de quatre mètres de haut appelée Tefaari. Ils firent tous la fête, mais Teriituroroarii avait plus de succès auprès des jeunes filles et Aromaterai en fut profondément jaloux.

Le lendemain, à l’aube Teriituroroarii  découvrit que la pirogue avait disparu. Le prince Aromaterai était parti en l’abandonnant sur l’île de Raiatea. Il n’avait aucun moyen de rentrer à Tahiti sans sa pirogue double.

Un service mal récompensé

Le voyant bien triste, une vieille femme appela un énorme requin qui s’appelait Te Mahuru et lui ordonna de reconduire le jeune homme vers Tahiti.

Elle donna à Teriituroroarii douze noix de cocos pour qu’il puisse boire et lui conseilla de prendre une pierre pour les fendre. Le jeune guerrier n’écouta pas ce conseil. Il quitta la page de Uturoa et monta sur le dos du requin. Chaque fois qu’il avait soif, il cassait ses noix de coco en les frappant l’une contre l’autre. Arrivé à la dernière noix, il ne sût comment la casser, alors il donna un grand coup avec son coco sur le crâne du requin ; qui surprit par la douleur s’enfonça dans les profondeurs de l’océan.

Coconut

Se retrouvant seul, le guerrier fut contraint de nager. Mais la vieille femme avait tout prévu. Elle appela le requin et lui ordonna de le repêcher et de conduire Teriituroroarii à Tahiti. Il le fit mais ramena son passager à une telle vitesse qu’arrivé devant à Papara il pourfendit le récif en deux.

C’est ainsi qu’il ouvrit une nouvelle passe appelée depuis ce jour là, la passe Temahuru.

Commentaires

Source :

Photo Sylvain Girardot http://plongee-photo-polynesie.com/


2018-02-28T07:47:42+00:00 Categories: Légendes des îles du Vent, Papara, Taharuu, Tahiti|Tags: |
379 Partages
Partagez379
Tweetez
Enregistrer
+1