Légende ou événements historiques. Le motu Teakau situé devant la résidence royale sur le bord du vivier royal est un site historique à double titre.

Te Ikato’ara, fils du roi Te Mateoa, voulu prendre une seconde femme. Te Mateoa, avec toute son autorité de roi et de père, s’opposa à cette union publique car cette femme n’était pas de son rang. Voulant en finir avec l’opposition de son père, Te Ikato’ara, un jour ou il se baignait en mer avança résolument vers un requin. En un clin d’œil, il eu la moitié du corps sectionnée.

Il fût enterré sur ce motu (îlot) face au palais du roi.

Certains attribuent cette mort à un accident, d’autres à une manifestation divine.

Plus tard, le commandant du navire français le Pylade affrété par le roi de France Louis-Philippe, fît cadeau au roi Maputeoa d’une caronade (canon gros et court) avec les munitions nécessaires pour son armement. Cette caronade qui s’était illustrée à Montévidéo, avait été montée avec son affût sur l’îlot Teakau qui fut baptisé Fort Louis-Philippe en guise de remerciement.

Commentaires

Source :

LAVAL, Histoire ancienne d’un peuple polynésien 1968 p 194. Frère SOULIE : Mon clocher à Mangareva p 65


2015-09-23T09:55:10+00:00Categories: Gambier, Mangareva, Motu, Rikitea, Sites historiques|