Les fleurs du Purau (Hibiscus tiliaceus) naissent blanches le matin et leur couleur varie au cours de la journée jusqu’à leur chute de l’arbre le soir.

Purau ou Fau

Cet arbre s’appelait auparavant fau. Il est également connu sous les noms de hau à Hawaii et de Cotton-tree en Australie. L’épithète de son nom botanique tiliaceus vient du mot latin tilia qui signifie tilleul car ses feuilles ont une forme similaire à celle du tilleul.

Il peut atteindre près de 15 m de hauteur et plus de 1 m de diamètre. Son écorce, fibreuse grise et lisse sur les jeunes pieds devient brune devient crevassée sur les pieds plus âgés. Ses feuilles, appelées raufau, sont simples et alternes.

Ses fleurs, à cinq pétales de couleur jaune pâle à tâche centrale pourpre, changent de couleur dans la journée à mesure qu’elles vieillissent. Elles passent du jaune pâle à l’orange puis au rose rougeâtre au moment où elles tombent. Les fleurs écloses sont appelées puafau et celles qui ne le sont pas encore puapuafau.

Fleurs de Purau sur le lagon de Tubuai. Photo Danielle Deviscourt

Fleurs de Purau sur le lagon de Tubuai. Photo Danielle Deviscourt

Fruit du Purau

Fruits de Purau. Photo J.F. Butaud

Une plante médicinale

Le Purau est un des arbres ayant le plus d’utilisations en Polynésie française. Ses fleurs sont utilisées comme anti inflammatoire et pour le lavage des plaies infectées. Elles sont également employées fraîches ou cuites en infusion pour les bronchites, en gargarisme pour traiter les angines et stomatites et en application sur les abcès. Les feuilles sont utilisées en cataplasme sur les plaies. L’écorce interne est employée pour soigner les conjonctivites et la fatigue oculaire.

Utilisation traditionelle du Purau

Le bois, facile à travailler et résistant servait à la construction de pirogues, la fabrication de pagaies ou à la réalisation de sculptures. La fibre d’écorce était utilisée pour la confection de cordage, de lignes et de filets de pêche. L’écorce fibreuse, appelée more, servait, sous la forme de lanières, à la confection de pagnes pour les danseurs.

Les feuilles de Pùrau qui tenaient lieu d’assiettes autrefois, servaient également à envelopper la nourriture. Les fleurs étaient traditionnellement utilisées comme colorant végétal.

Teinture avec des fleurs de Purau

Le Purau dans les légendes

Selon la légende, en frottant un bâton de Purau sur une grande pièce de Purau sec, le père du feu Ao-ao-ma-ra’i-a obtint le feu par frottement.

La lance du héros Pai qui perça la montagne de Moorea, appelée Rau-fau-tumu, était faite de bois de Purau.


Commentaires

Source :

Service du développement rural. Foger

 

72 Partages
Partagez72
Tweetez
Épinglez
+1
Email