A Rurutu, dans l’archipel des Australes, la peine capitale consistait à abandonner sans vivres les coupables sur un des quatre minuscules îlots nommés Maria situés au nord-ouest de Rimatara : là ne poussent que quelques cocotiers et buissons de mikimiki. C’était la mort lente par suite de toutes sortes de privations.

Crime ou accident ?

Un jour, dans l’île de Rurutu un enfant est trouvé mort au pied d’un cocotier. Y a-t-il eu crime ou accident ? Les opinions étaient partagées, mais deux individus sont quand même arrêtés, jugés et malgré leurs protestations d’innocence condamnés à mort.

L’arrêt prononcé, on embarqua les condamnés sur la goélette le Manureva. Il faut ordinairement par vent contraire quatre ou cinq jours pour aller de Rurutu à l’île Maria.

Après dix jours, les capitaines (au nombre de quatre !) n’avaient pas encore la terre en vue. Les provisions devenaient rares et les jours succédaient aux jours. Ils comprirent alors qu’ils s’étaient perdus ! Grâce à la pluie et au produit de leur pêche, ils parvinrent à prolonger leur existence.

La traversée prenait des proportions effrayantes, car plus de vingt jours s’étaient écoulés depuis le départ. Des jours encore se passèrent. Le vingt-cinquième, ils aperçurent dans le lointain un point bleu au-dessus des flots : c’était une montagne et déjà ils croyaient reconnaître Tahiti, lorsqu’en s’approchant ils constatèrent avec stupéfaction… qu’ils se trouvaient devant Tubuai !

Le retour au point de départ

Ils avaient continuellement tourné autour de leur archipel, ainsi s’expliquait la longueur extraordinaire de la traversée. Ils finirent par aborder à Rurutu, le lieu d’où ils étaient partis !

Ils ne virent pas dans leur échec, le résultat de leur ignorance et la nécessité de mieux s’instruire ; ils en tirèrent la conclusion suivante :

« Si nous n’avons pu trouver notre route, c’est que Dieu ne l’a pas voulu parce que les condamnés étaient innocents»

Et de retour à Rurutu, les deux hommes furent de nouveau jugés, et cette fois, acquittés.

Commentaires

Source :

Eugène Caillot, Histoire de la Polynésie orientale 1910.


2017-04-13T10:55:29+00:00 Categories: Australes, Rurutu, Sites historiques|
609 Partages
Partagez608
Tweetez
Enregistrer
+11