Un médecin anglais, le Dr. Johnstone, planta en 1845 le premier Rocouyer (Bixa orellana) dans son jardin de Tahiti, une plante encore inconnue qui provenait d’Amérique du Sud. Son nom vient du mot « urucu » des indiens d’Amazonie, qui a d’abord donné roucouyer puis rocouyer. Le nom scientifique Orellana vient du nom d’un explorateur espagnol du XVIe siècle, Francisco de Orellana.

Des gousses de rocou

Ce petit arbre, qui peut atteindre 3 m de hauteur se couvre de grandes feuilles dentelées d’un magnifique vert clair luisant. Sa croissance est très lente, mais il possède la particularité de pouvoir vivre 50 ans.

Les fleurs roses de 3 cm de diamètre se transforment en gousses recouvertes d’épines souples, vertes puis rougissant jusqu’à devenir brunes. Ces gousses, appelées rocou (ou roucou), contiennent de petites graines pyramidales couvertes d’une pulpe cireuse de couleur rouge feu et forte en odeur. L’enveloppe des graines donne la pate et l’huile de rocou.

Fleurs de Rocouyer. © Tahiti Heritage
Teinture rouge réalisée avec le fruit du rocouyer (Bixa orellana) © Tahiti Heritage

Usages traditionnels du rocou

A Tahiti, la pâte du rocou (Uefa) servait de crème solaire naturelle et de crème insecticide. Le rocouyer est populairement appelé rouge à lèvres, car certaines mamas tahitiennes utilisaient également cette pâte rouge pour parfaire leur beauté. Les graines du Uefa étaient broyées pour fournir un colorant rouge utilisé pour colorer les tapa (tissus végétaux). La poudre de rocou mélangée avec du jus de citron vert donne une teinte colorant mauve.

En pharmacopée traditionnelle, la plante entière est utilisée pour lutter contre la fièvre. Les feuilles en décoction servent à arrêter les vomissements et les nausées ; à lutter contre les inflammations de gorge, à traiter les brûlures d’estomac et les troubles urinaires. Les feuilles de roucou appliquées sur le front soulagent des maux de tête. Le rocou est utilisé comme antidote dans les empoissonnements dus à la consommation de manioc amer.

Vertus de l’huile de rocou

Des graines de rocou est extraite une huile offrant une remarquable teinture rouge que les indiens d’Amazonie étalaient sur leur peau. Cette huile est particulièrement riche en pigments caroténoïdes (béta-carotène) possèdent des vertus protectrices contre les rayons ultraviolets du soleil et de puissants antioxydants. Elle est riche en minéraux essentiels : calcium, magnésium, zinc, cuivre, manganèse.

En raison de toutes ces qualités, l’huile de rocou est un excellent soin préparateur et réparateur avant et après toute exposition au soleil. Elle est utilisée dans de nombreux produits cosmétiques comme les fards à paupières, les poudres, les rouges à lèvres et les poudres bronzantes et des crèmes colorées.

Le roucou, colorant alimentaire

Actuellement le rocouyer est utilisé pour produire un colorant alimentaire non toxique sous le code E160b, qui apporte cette couleur orangée aux fromages comme la mimolette ou le cheddar, au beurre, aux filets de haddock, aux chips et à des potages et sauces.

La graisse jaune d’or issue des graines du rocou est utilisée pour frire les légumes ou la viande dans la cuisine asiatique.

Où voir des rocouyers ?

Il y a un magnifique plan de roucouyer, dans le jardin botanique Harrison Smith de Tahiti, à Papeari.

Commentaires