Le joueur de ukulele réalisé par Case Mac Laim à Hamuta (Pirae) à l’occasion du Festival Ono’u 2019 « l’Art pour le Logement Social »

Le joueur de ukulele

Le geste des mains, c’est le thème général des oeuvres de Case Maclaim Pour apporter une touche locale à sa fresque, le graffeur s’est rapproché d’un fabricant et accordeur de Ukulélé

Case Maclaim et le concepteur d'ukulele

Le graffeur Case Maclaim et Matahi, de Ora Ukulele, fabricant un ukulele.

Ora Ukulele

Ukulele tahitien en fabrication chez Ora Ukulele

Matahi Ora Ukulele, Artiste Luthier de Tahiti

Depuis petit, j’ai toujours aimé le dessin et la musique sans pour autant être un grand musicien. J’ai appris à jouer de la guitare au collège, puis du ukulele au lycée. Après avoir obtenu mon baccalauréat en marketing en 2010, je me suis inscrit au Centre des Métiers d’Art de Polynésie Française où j’ai décroché mon diplôme en sculpture sur bois au bout des trois années de formation. J’ai également suivi une formation de Créateur et Gestionnaire d’Entreprise en 2014 avec le SEFI (l’ANPE locale).

J’ai eu comme mentor Maurice Chebret, un fabricant d’ukulélé tahitien qui fabriquait les meilleurs ukulele, au meilleur prix avec la meilleure qualité. J’ai effectué un stage chez lui pendant ma formation au Centre des Métiers d’Art, à un moment ou je ne savais pas ce que j’allais plus tard me lancer dans la fabrication de ukulele

En 2014,  je me suis lancé à mon compte en créant ma propre entreprise Ora Ukulele en alliant deux choses que j’aimais dans la vie : la musique et le travail du bois. Parce que la musique ça apporte la vie, j’ai choisi pour le nom de mon entreprise,  le mot tahitien »Ora » car cela signifie la Vie. Mon logo est inspiré d’un motif de tatouage marquisien un « Ipu » , qui représente un utérus et qui signifie la vie où donner la vie.

Je suis tombé sur un ukulélé fabriqué localement et cela m’a profondément motivé. J’ai fait de nombreuses recherches sur internet sur la fabrication d’ukulele hawaiien et sur le travail de luthier. Des vidéos aux tutoriels, en passant par des photos, j’ai pratiquement tout appris sur internet. J’avais l’avantage de savoir travailler le bois déjà.

Mes ukulélés sont fabriqués principalement à la main et avec du bois local, comme le miro, ou le tou 

J’ai créé des ukulele pour des nombreux musiciens locaux, comme Teha Kaimuko du groupe Polynésien Verua, et le chanteur ETO, une star montante du fenua.

Caise Macclaim

Artiste urbain allemand originaire de Francfort, Andres Von Chrzanowski (alias CASE Maclaim) est un peintre de graffitis qui s’appuie sur son talent très développé pour créer des pièces qui combinent un photoréalisme brillant avec une forte note de surréalisme. Cet artiste utilise principalement de la peinture en aérosol car cette technique de street art lui permet de tirer le meilleur parti de ses visuels et d’atteindre le niveau de perfection que possèdent ses graffitis incroyablement réalistes. Un des motifs picturaux les plus courants d’Andres Von Chrzanowski sont les mains superposées qui symbolisent l’unité et le pouvoir. 

Un geste de la main peut dire mille mots

miami Case macclaim

Miami. Case Mac Laim

Berlin Case Macclaim

Berlin. Case Mac Laim

Considéré comme un pionnier « photo-réaliste », il travaille essentiellement à la bombe car cette technique lui permet de tirer le meilleur parti de ses visuels et d’atteindre un niveau de perfection inégalable. Avec lui, le sujet figuratif impressionne par sa parfaite exécution technique, qui renforce la haute valeur narrative de la « mise en scène ».

Case a commencé à peindre en 1995 et a depuis lors exécuté son art dans plus de 20 pays, laissant littéralement ses empreintes digitales dans chacun d’eux à travers ses peintures de mains. Ses œuvres véhiculent un fort message visuel de mouvement et d’unité à travers des superpositions de mains dans différentes positions; ce mouvement n’est pas seulement destiné à représenter le mouvement du corps physique, mais aussi l’action politique et sociétale. Tout au long de son œuvre, Case crée un langage subliminal compris par tous, et après tout, un geste de la main peut en dire bien plus que les mots ne l’ont jamais pu.

Commentaires

Sources :

Ono’u Festival international de graffitis
Office Polynésien de l’Habitat – OPH. Facebook

Caise Macclaim
Ora Ukulele
Ukulélé Liberté
Photos OPH, Chantal Tahiti et Case Maclaim