Tahiti Heritage vous entraîne sur les bancs des écoles de Tahiti dans les années 50

Retour vers le Tahiti d’antan

Ding ding, la cloche sonne ! Comme chaque matin les élèves se mettent en rang devant la classe en attendant l’ordre de rentrer. A Notre-Dame des Anges, les filles ont toutes revêtu l’uniforme obligatoire, une jupe arrivant à hauteur des genoux de tissu écossais avec une blouse blanche et un béret. « Nous sommes punie si on ne met pas son béret ! ». Le pantalon est, bien sûr, strictement interdit et le short réservé pour le sport. Les garçons de l’école des Frères sont en short beige et chemise blanche.  Quant aux garçons de l’école publique,ils s’habillent très simplement, d’un short et d’un tricot sans aucune marque apparente.

Les écoles ne sont pas mixtes, les garçons sont dans une école, les filles dans une autre.

Classe de garçons de l'Ecole centrale de Papeete vers 1950

Classe d’école à Bora Bora en 1944

Classe de garçons de l'Ecole centrale de Papeete vers 1950

Classe de garçons de l’Ecole centrale de Papeete vers 1950

Savoir-vivre en classe.

L’institutrice rentre dans la classe, les élèves se lèvent toutes ensemble et attendent immobiles l’ordre de se s’asseoir. Les règles de courtoisie ou de respect, comme le dit l’institutrice, sont strictes. Il faut dire « Bonjour » le matin, « Au revoir » le soir et à chaque fois « Merci ». Lorsque l’on a une punition, on s’abstient toutefois de remercier.

Tout le monde se tutoie, comme de coutume au fenua, les enseignants tutoient leurs élèves et les élèves de même lorsqu’ils parlent à un instituteur. On appelle les instituteurs par leur prénom, sans toutefois oublier de dire « Monsieur »  ou « Madame », « Frère » ou « Sœur » devant leur prénom.

A l’école normale, avant de commencer le cours, les garçons doivent chacun leur tour réciter le chapelet, mais comme cela devient vite monotone, le Frère n’écoute que d’une oreille et certains élèves ne chantonnent que l’air sans qu’il s’en aperçoit.

Le bannissement du reo tahiti.

Il faut connaître l’alphabet, avoir une bonne prononciation et surtout réciter par cœur les tables de multiplication. Lors des exercices d’écriture, les élèves doivent écrire en cursive avec les pleins et des déliés, sur le cahier d’écriture avec un porte-plume que l’on trempe dans l’encrier. Avant, les cahiers avaient des feuilles toutes blanches et il fallait que l’on trace nous-même des lignes au crayon, mais maintenant sur les nouveaux cahiers les lignes sont déjà imprimés. Nous avons aussi une ardoise qui est notre cahier de brouillon.

Il faut absolument écrire de la main droite. Les instituteurs déchirent les cahiers de ceux qui écrivent de la main gauche. Toutefois, certains élèves gauchers rusent en écrivant avec leurs deux mains avec un porte-plume dans chaque main, ou en retournant leur cahier.

Il est interdit de parler le reo tahiti, ceux qui l’oublient doivent noircir des dizaines de pages en écrivant : « il est interdit de parler le tahitien » ou ont des points en moins. Les élèves qui ne parlent que le reo tahiti en famille, ont bien du mal à respecter cette règle et sont souvent punis.

Cours de repassage à l'école ménagère de Papeete en 1963

Cours de repassage à l’école ménagère de Papeete en 1963

Elèves fabriquant des jouets à l'écoles des garçons de Papeete

Elèves fabriquant des jouets à l’écoles des garçons de Papeete

Apprentissage de la Gaule, mais pas du fenua

Les autres matières enseignées sont l’histoire de la Gaule, la géographie de la France et l’histoire des rois de France, mais rien sur notre fenua. Nous apprendrons l’histoire de nos îles après le certificat d’étude, nous dit-on, c’est pourtant ce qui nous intéresserait le plus.

Il y a également des cours de jardinage et de menuiserie pour les garçons et d’enseignement ménager pour les filles. Les garçons font pousser des légumes, apprennent à greffer les plantes et à marier la vanille. Les filles apprennent à préparer les repas, à repasser et à gérer un budget familial.

A la récréation, les filles s’amusent sur les balançoires ou à monter sur les drums. Tandis qu’à l’Ecole des Frères, le jeu préféré des garçons est de grimper avec ou sans les pieds aux cordes qui sont accrochées dans les manguiers.

Ecole de garçons, Papeete 1926

Ecole de garçons à Papeete en 1926

Dortoir du Lycée Gauguin de Papeete en 1951

Dortoir du Lycée Gauguin de Papeete en 1951

Les punitions

La punition la plus courante est les coups de règle sur les doigts. Pour les internes, la punition la plus dure est la privation de sortie. De plus, les mauvais élèves récoltent le bonnet d’âne et doivent aller au coin. A l’école des frères, un Frère assez coléreux a la mauvaise manie de taper sur la tête des élèves avec un livre. Peut-être qu’il pense ainsi nous enfoncer le contenu du livre dans le cerveau ?

Mais ça, c’était avant !


Commentaires

Source :

 

 

2017-08-17T19:21:55+00:00Categories: Papeete, Papeete d'antan, Tahiti|