Découvrez la merveilleuse histoire de Tautiti vahine, la plus belle des vahine de Pare (ancien nom du secteur de Pirae):

C’est l’éloge d’une jeune fille nommée Tautiti.
De l’embouchure de Nahoata
Elle part avec sa planche
Pour se jeter à To’a Roa
Bien qu’à To’a Poto se trouve une multitude de poissons
Celle-ci s’arrête dans la passe de Taunoa
Appelée jadis Pu Toa
On peut l’apercevoir à la pointe Arahiri
Fendant une noix de coco en germination, au gré du vent To’erau Roa
S’enduisant enfin le corps de cette huile
Elle s’apprête à affronter les vagues
Dans sa main droite elle tient la feuille de Auti sacrée, à maturité
Provenant de Nohoi
Sa couronne de maire rau rii, de apiri et de pua rata accentue sa beauté
Depuis la pointe d’Arahiri, elle prend sa planche
Prête à surfer la vague,
Implorant le vent « To’erau, souffle donc »
To’erau roa, s’agite alors
La mer quant à elle, commence à se déchaîner
S’amplifiant d’avantage Avec des vagues qui se cassent avec force
Sur sa planche de surf
Elle s’élance en prenant une bonne longueur d’avance sur cette mer sombre
La force du vent est de plus en plus violente
Alors elle compta avec précision la 1ère vague, puis la seconde, la troisième, la quatrième, la cinquième, la sizième, enfin la septième
La plus grosse de toutes
Elle invoque à nouveau la force du vent
Depuis Motu ‘ana’ana , on entend le bruit des vagues
La jeune Tautiti s’érige, debout sur sa planche
Et soudain, retentit la voix des dieux,
Depuis l’immensité des cieux,
Où, en arrière plan, on distingue un ciel clair
Elle leur demande alors de la guider
Elle glisse ainsi jusqu’à la passe de Taunoa
Les cheveux à l’arrière Le corps de Tautiti scintille Sous les rayons du soleil
Elle scintille telle une sirène Dominant les vagues d’une mer obscure
Et glissant vers la rivière de Vaipoa
Où elle achève son parcours à To’a o te moa iti.

Motu ‘ana’ana : peut être le motu qui se situe en face du Royal tahitien. Amas de sable sur un pâté de corail situé à l’est de la baie de Taaone

Commentaires

Source :

Comité culture de Pirae – nov 2011
Vonnick BODIN « la langue et la société » p.201 – MACE Miriama, Tautiti vahine
Fresque du rond point Gadiot à Pirae réalisée en 2011


2016-05-29T15:29:24+00:00 Categories: Légendes des îles du Vent, Nahoata, Pirae, Street Art, Tahiti|
570 Partages
Partagez569
Tweetez
Enregistrer
+11