L’oeuvre intitulée  » Strength of Memory » (Force de la mémoire) du mur du parking de la clinique Paofai à Papeete, dépeint une étreinte débordante de mélancolie. Elle a été réalisée en avril 2019, dans le cadre du festival de graffitis ONO’U, par l’artiste australien Fintan Magee. 

Strength of Memory, La force de la mémoire

Strength of Memory (Force de la mémoire) dépeint une étreinte débordante de mélancolie.

Le tatouage polynésien sur l’avant-bras de l’homme est un détail visuel fort de la fresque murale. Historiquement, les guerriers polynésiens étaient tatoués avec une série de motifs géométriques consistant principalement en motifs de triangles répétés : une tradition qui transformait les tatouages ​​polynésiens en un art extrêmement raffiné.

Le réalisme magique de Fintan Magee

Ayant grandi à Brisbane, en Australie, Fintan Magee était attiré par l’art parce que son père et sa mère étaient tous deux artistes. Il a commencé comme graffeur avant d’aller dans une école d’arts plastiques et de s’ouvrir au street-art. Depuis lors, il a parcouru le monde entier pour peindre des peintures murales racontant l’histoire de la population locale, des changements climatiques et des problèmes sociaux.

Mes parents étaient créatifs. J’ai donc grandi dessiné très jeune. Mon père était un sculpteur et ma mère était une artiste qui s’est lancée dans l’architecture. J’ai grandi à Brisbane, où à cette époque les graffitis faisaient partie intégrante du paysage. Donc, à l’âge de 13 ou 14 ans, je m’y suis intéressé. J’ai commencé à dessiner des graffitis pendant environ 10 ans. Ensuite, je suis allé dans une école d’arts graphiques, simplement parce que je ne savais pas quoi faire. Là, j’ai étudié l’histoire de l’Art et je me suis mis à la peinture à l’huile et à la peinture classique. Pendant un certain temps, j’ai fait des graffitis dans la rue et des peintures à l’huile dans mon atelier.

Mon père a en fait grandi en Irlande du Nord, où j’ai passé beaucoup de temps pendant mon enfance. C’était au moment de la guerre civile. Un grand nombre de peintures murales étaient destinées aux monuments commémoratifs des victimes du conflit, aux monuments commémoratifs des défenseurs des droits de la personne et aux peintures murales traitant de questions politiques spécifiques. Et dès mon plus jeune âge, j’étais vraiment fasciné par cela. Je retournerais en Irlande tous les deux ans et je prendrais toujours un appareil photo et photographierais les peintures murales. Je suis devenu obsédé par l’idée que le mur est une sorte de babillard public.

Mon travail est souvent personnel. C’est donc probablement une différence par rapport aux œuvres politiques que je voyais en Irlande du Nord. Mais j’aime aussi raconter des histoires. Vous savez, j’aime la poésie des images, j’aime être capable de transmettre de petites histoires ou des histoires individuelles et des histoires communautaires et de pouvoir les relier à un problème plus vaste.

Commentaires

Sources :

Fintan Magee.
Destiny Alvarez. The Register-Guard 2019.