La légende de Nona, la sorcière de Raivavae, raconte comment l’histoire des amours de la belle Hina et de Monoihere. Cette légende de Raivavae est une variante de la grande légende polynésienne de Tafai qui se déroule principalement à Mahina. Dans la légende de Mahina, Nona est la mère de Hina, ici c’est sa belle-mère.

Autrefois, à Raivavae, vivaient un homme et sa femme qui formaient un couple heureux. Ils avaient une petite fille qui s’appelait Hina. Un jour, une maladie emporta la femme et l’homme se retrouva seul avec sa fille. Malgré cela, ils menaient une existence paisible dans le district de Mahanatoa. Tous les soirs, cet homme encore jeune partait à la pêche en laissant sa petite fille toute seule dans leur demeure.

Quand Hina eut seize ans, son papa se remaria avec une autre femme. Elle s’appelait Nona et il l’aimait beaucoup. Hina s’entendait bien avec sa belle-mère…
Hina se mit à fréquenter un beau garçon Monoï here, qui habitait une caverne dans la montagne.

A la même époque un étrange malheur s’abattit sur la population: des gens disparaissaient. On n’en retrouvait aucune trace. Tout le monde avait peur. Tous cherchèrent l’ennemi invisible qui décimait peu à peu la communauté du village.

Nona devint sévère. Quand son mari était parti, elle faisait travailler durement Hina, elle la battait. Un jour, en passant derrière chez lui, l’homme découvrit des ossements humains mal dissimulés : c’était ceux des habitants disparus. Il devina que sa femme était responsable: c’était une sorcière ! Tout honteux, il ne dit rien aux autres. Mais quand il partait à la pêche, il emmenait Hina avec lui et la cachait dans un arbre au bord de la mer. En attendant son retour, elle chantonnait : « mon papa pêche des poissons, pour nous deux, les bons poissons, il les rapportera pour le Aito Monoï here, le garçon et Hina la fille« .

Mais un jour, ils furent suivis et espionnés par la sorcière… Le soir suivant, Nona alla à la caverne du jeune garçon. Elle le tua et le mangea. Hina vint plus tard. Elle appela. Personne ne répondit. Inquiète, elle alla chercher son père. Comme ils approchaient de la grotte, ils virent la sorcière qui en sortait. Ils se lancèrent à sa poursuite…
En on ne les revit plus jamais.

A Raivavae, on dit que certaines pierres dans la montagne ont des formes curieuses. On murmure qu’il s’agirait de Hina, de son père et de Nona, la méchante belle-mère.

 

Commentaires

Source :

Tueira Henry, Tahiti aux temps anciens : légende de Tafai


2016-09-14T11:29:58+00:00 Categories: Australes, Légendes des Australes, Raivavae|
0 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer
+1