Cette légende donne l’origine du nom de Punaauia (Puna’aui’adu tahitien Puna qui signifie « prénom » et auahi qui désigne le « feu »). Elle raconte l’histoire du héros Puna qui reçu l’aide d’une tortue royale pour effectuer la traversée de Raiatea à Tahiti. Une fois arrivé, Puna coupa les quatre ailerons de la tortue pour qu’elle ne puisse pas repartir. Mais quelques temps plus tard elle se vengera de Puna en l’immolant.

Puna monte sur le dos de la tortue du roi

Il y a très longtemps, vivait dans le district de Hiti (Punaauia), un homme nommé Puna. Un jour, Puna décida de faire un voyage dans l’île de Raiatea mais il rata le bateau Hotutahi qui devait le ramener à Tahiti. Paniqué, il courut à droite, à gauche, dans tous les sens, ne sachant que faire. Son désir de regagner son île était grand mais il ne pouvait rien.

– « Pauvre de moi ! Que faire ? Comment vais je rentrer chez moi ? Qui donc pourra me ramener à la maison ? » pensait Puna.

Pendant ce temps, la tortue du roi de l’île le regardait et l’étudiait dans ses déplacements. Elle constata alors la peine qui gagnait notre homme. Elle lui dit : « Pourquoi cours-tu ainsi ? Pourquoi es-tu si triste ? »
Puna répondit : « Je suis malheureux parce que je ne peux rentrer chez moi, à Tahiti je ne sais que faire, j’ai raté le bateau. »
La tortue poursuivit : « Arrête tes pleurs, je vais te conduire chez toi. Monte donc sur mon dos, nous partons de suite »
Ils quittèrent tous deux Raiatea et arrivèrent au lieu dit « Teoneuri « ou « Ofai piipii»
La tortue dit à Puna : « Tu es arrivé chez toi, tu peux descendre »
Puna descendit du dos de la tortue et répondit : « je le sais. »

Un geste incompréhensible

Il découpa les quatre ailerons de l’animal et dit : « Désormais, tu resteras à Teoneuri »
– « Pourquoi me fais-tu cela ?, répliqua la tortue Je t’ai conduit jusque là, dans ton île, comme tu me l’as demandé. Tant pis ! Cela n’est pas bien grave, mais tu verras ton malheur de tes propres yeux ».

Cette tortue possédait un certain pouvoir. Aussi la famille royale de l’île s’en prit à Puna pour le mal qu’il avait commis. Inoarii, le roi de Hiti rassembla ses hommes et leur ordonna : «Vous chercherez Puna et vous le tuerez, il apprendra ainsi que l’on ne maltraite ni les hommes ni les enfants du roi. »

Puna parcourut Hiti de vallée en vallée et arriva sur la crête de la montagne Teivirairaitaharara. Là vivait Paateve et son épouse, un couple d’éleveurs de porcs. Puna aperçut une truie qui allaitait ses petits. Mort de soif, il pensa: « Je prendrai de son lait pour apaiser ma soif ». Il s’approcha pour la téter. La femelle, surprise, se leva. Puna perdit l’équilibre, glissa et tomba au pied de la montagne, ou il vit un petit trou d’eau. Celui-ci était si petit qu’on ne pouvait recueillir l’eau qui s’y trouvait. Puna se mit à quatre pattes pour essayer de boire. Alors qu’il se désaltérait arriva un aito (guerrier).
Puna leva la tête et dit : « Qui es-tu ? »
– « Je suis la tortue que tu as maltraitée. »
– « Ah oui ? »
– « J’ai été très déçu par ton comportement. J’en ai souffert. Maintenant je me venge pour tout le mal que tu as causé »
– « Non, ne fais pas cela ! Aie pitié de moi ! J’ai beaucoup couru et maintenant, je suis épuisé ! »

La vengeance de la tortue

Puna fut ligoté des mains et des pieds au moyen d’une corde de aute (mûrier à papier), Celle-ci est connue pour sa robustesse et sa solidité. Voyant qu’il ne pouvait se détacher, il supplia alors le aito de le libérer.
– « Je ne te libérerai pas, toi qui m’a blessé. Je n’ai aucunement compris ton geste…»

Depuis ce jour, ce lieu prit le nom de Punarau (Puna attaché), car c’est là qu’il fut ligoté. On le porta sur la plage pour y être immolé et sacrifié, il dit alors :  « Pourquoi me portes-tu sur la plage ? »
– « Parce que tu y verras ton mal. »
– « Ne me fais pas cela. Je m’excuse pour tout le mal que j’ai commis et je voudrais me repentir ! »
– « Non, non et non ! »

Il fut immolé et sacrifié. Dès lors, le district de Hiti prit le nom de Punaauia.
Sa mâchoire fut lancée dans la passe du district. Depuis, la passe porte le nom de Taapuna (le menton de Puna).
Quant à ses yeux, ils furent transpercés de flèches et portés dans la vallée qui porte le nom de Matatia (les yeux percés).

Commentaires

Source :

Origine du nom de Punaauia, racontée par M. Martial lors de la fête du folklore à Punaauia, en 1928, sur le marae de Taputapuatea de la Pointe des pêcheurs.
transcrite par E Ahnne. Société des Etudes Océaniennes bull. n°68 mars 1940 p 268

2018-03-11T17:21:49+00:00Categories: Légendes des îles du Vent, Punaauia, Tahiti|Tags: |